Accueil / Actualités / Somnifères : des risques du développement de l’Alzheimer augmentés

Somnifères : des risques du développement de l’Alzheimer augmentés

Les somnifères et les psychotropes sont des médicaments très consommés dans notre pays. Les personnes âgées ont souvent recours à ce genre de prescription et cela depuis plusieurs années pour pallier à des insomnies récurrentes, il est vrai qu’à cet âge, les troubles de sommeil sont fréquents ainsi que l’anxiété qui en découle. La prise de ces médicaments devient au fil du temps une dépendance et ils agiraient en plus sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

L’INSERM (institut national de la santé et de la recherche médicale) a déclaré qu’en France, plus de 30% des seniors de plus de 65 ans consommeraient de façon récurrente ce genre de psychotropes. Les effets secondaires seraient particulièrement importants et ils interféreraient avec les neurotransmetteurs du cerveau. Une étude qui est parue dans « Alzheimer’s and Dementia » démontrerait que ces somnifères seraient directement liés à un risque avéré de démence. Ces médicaments mettent plus de 20 heures pour disparaître dans l’organisme d’où le risque accru.

L’Azheimer se développerait plus facilement avec des somnifères

Malgré les effets secondaires constatés, ces médicaments sont toujours prescrits chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Ils avaient pourtant été déjà mis sur la sellette, car ils étaient responsables de chutes comme a pu le souligner un neurologue de l’INSERM dans Pourquoi Docteur. L’équipe de l’institut médical de la santé et de la recherche médicale conseille aux médecins de ne pas prescrire systématiquement ce genre de médicaments chez les personnes âgées.

Des somnifères parfois proposés plus de 3 mois

Une vigilance accrue est particulièrement recommandée pour toutes les autorités de santé afin que ces antidépresseurs ne deviennent pas une mécanique habituelle, mais seulement un traitement sur trois mois, c’est en effet le temps qu’il ne faudrait pas dépasser. Ces somnifères sont efficaces, mais dangereux au-delà de cette durée. D’autres études seront nécessaires dans un avenir proche pour appuyer cette théorie de risque, la maladie d’Alzheimer est elle vraiment aggravée par tous ces psychotropes ? Les scientifiques devront y répondre.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Soleil

L’allergie au soleil ou lucite estivale est plus fréquente qu’on ne le croit

Cette manifestation cutanée touche autant à la plage l’été que sur les pistes de ski …

Réagissez !