Coup

Strasbourg : Sandra 25 ans tuée par son compagnon

Le 17 avril dernier, une jeune femme a été retrouvée sans vie dans sa baignoire, son corps était recouvert de plaies. Son compagnon a été arrêté et placé en détention provisoire. Ce vendredi à Strasbourg, le couple qui l’a vu grandir était présent au rassemblement en sa mémoire. Sandra Bauman avait été élevée dans une famille d’accueil.

Le 45e féminicide depuis le 1er janvier en France

Sandra avait 25 ans, elle n’a pas survécu aux coups portés par son compagnon. Elle avait eu une enfance difficile. Placée dans une famille d’accueil à Dingsheim près de Strasbourg, elle y avait retrouvé un équilibre. Après un BAC sanitaire et sociale puis un BAC pro de proximité et vie locale, l’étudiante avait enchaîné avec un BTS services. L’une de ses camarades se souvient d’une personne battante qui aimait profiter de la vie. En couple depuis plus de cinq ans, elle avait emménagé dans un immeuble dans l’avenue du Rhin. Elle a été retrouvée gisante sans vie dans sa baignoire. Selon les proches, les voisins, la jeune femme ne semblait pas être en danger. En France, plus de 130 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint, petit ami contre 123 en 2016 selon le ministère de l’Intérieur.

Elles s’appelaient Sandra, Chantal…

Ces femmes ont été tuées par leur mari, leur ex. Les chiffres sont éloquents, malheureusement, ils parlent d’eux-mêmes et montrent à quel point les femmes meurent dans l’indifférence la plus totale.

  • Une femme meurt tous les trois jours des violences de son conjoint.
  • Elles sont les premières victimes au sein du foyer.
  • Sur 103 femmes tuées par leur compagnon officiel au moins 30 étaient victimes de violences antérieures et plus de 37% des auteurs d’homicides étaient déjà connus des services de police ou de gendarmerie comme a pu le préciser l’étude annuelle de la délégation aux victimes.
  • Les hommes également sont touchés par les violences dans le foyer, un meurt en moyenne tous les onze jours.
  • En 2018, 28 ont été tués par leurs femmes, ex.

Les violences conjugales ont des impacts très importants sur les enfants dont la présence n’empêche pas le passage à l’acte.

Les violences faites aux femmes

En moyenne, chaque année plus de 200 femmes se déclarent victimes de violences conjugales qu’elles soient physiques ou sexuelles. Ces violences peuvent aller jusqu’au décès. Face à ce phénomène grandissant, la législation s’est renforcée afin de mieux protéger les victimes et punir les auteurs de maltraitance. Avec l’Allemagne, la France est le pays européen avec le nombre le plus élevé de féminicides, plus de 46 depuis le début de l’année. D’après la page Facebook du collectif « féminicide par compagnon », la dernière victime était une femme de 74 ans tuée par son mari de 77 ans, c’était le 24 avril 2019. Sandra a rejoint la longue liste des victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *