LOADING

Type to search

Territoire de Belfort : la légionellose a affecté six personnes et l’une d’entre elles en est morte

2 mois ago
Share

La Préfecture du Territoire de Belfort a décidé de rendre public, ce lundi 11 septembre, par le biais d’un communiqué, un problème de santé pris au sérieux et remontant au mois d’août dernier : six personnes ont hélas ont contracté la légionellose et l’une d’entre elles en est même décédée. La légionellose est tout sauf anodine.

Des bactéries

Six cas de légionellose ont été recensés au mois d’août dans le Territoire de Belfort avec une victime à déplorer

Selon un communiqué de la Préfecture, ce lundi 11 septembre, au cours du mois d’août, six patients ont été atteints de légionellose dans le Territoire de Belfort. L’un d’entre eux, un touriste de 46 ans, qui présentait de multiples fragilités médicales, est hélas décédé, si nous nous fions à cette source d’information officielle. Depuis, les investigations vont bon train avec une seule certitude : les patients n’avaient aucun lien entre eux ce qui rend ces six cas d’autant plus mystérieux et complexes à appréhender.

Deux enquêtes ont ainsi été ouvertes par deux autorités de santé publique. L’une par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) pour savoir s’il y a, oui ou non, une source de contamination commune.  Quant à l’agence régionale de santé (ARS), elle a diligenté, de son côté, des analyses pour déterminer le ou les types de souches qui sont à l’origine de ces six cas ne cessant d’intriguer. Notons qu’en 2016, 1 218 cas de légionellose ont été notifiés en France.

Qu’est-ce que la légionellose ? Comment reconnaître ses symptômes ? Existent-ils des traitements pour en guérir ?

La légionellose est une infection pulmonaire grave causée par une bactérie nommée Legionella. Une cinquantaine de souches sont à comptabiliser. Cette bactérie est présente dans le milieu naturel et peut proliférer dans les sites hydriques artificiels lorsque les conditions de son développement sont réunies. La contamination se fait par voie respiratoire, par inhalation d’eau contaminée diffusée en aérosol. Elle n’est pas contagieuse d’une personne à une autre. La légionellose affecte essentiellement les adultes et touche plus particulièrement les personnes présentant des facteurs favorisants. Dans la grande majorité des cas, elle nécessite une hospitalisation. La surveillance de cette maladie est basée sur le système de déclaration obligatoire, ce que nous rappelle l’Invs.

Selon le Ministère des Solidarités et de la Santé, les symptômes sont similaires à ceux d’une grippe : fièvre, frissons, toux, difficultés respiratoires et parfois autres signes comme la nausée, la confusion. Les symptômes apparaissent au bout de 2 à 10 jours après la contamination par les légionelles, et dans la majorité des cas dans les 5 à 6 jours. La légionellose se traite avec des antibiotiques. La durée du traitement est généralement de 14 à 21 jours. La plupart des patients atteints doivent être pris en charge à l’hôpital. Les cas de légionellose notifiés correspondent souvent à des personnes hospitalisées en réanimation ou en unité de soins intensifs. La guérison est obtenue après plusieurs semaines voire plusieurs mois. La précocité du diagnostic favorise cette dernière.

Des bactéries, Pixabay – geralt

2 Comments

  1. L'Alexandre 12 septembre 2017

    Comment peut on surveiller les légionelles qui peuvent se diviser entre 20 minutes et 4 heures.
    Ce qui veut dire que ça peut faire la masse de la Terre en 2,5 jours… en théorie.
    Le seul traitement non nocif pour la population et les réseaux est interdit en France par un décret (Utilisé dans la quasi totalité dans le monde). Soit on est les plus cons, soit les meilleurs… A vous de choisir. Les tests effectués en France ont eu 100% de réussite. Çà veut encore dire que les incapables du Ministère de la santé s’en fichent complètement. Il vaut mieux faire des chocs thermiques (qui ne marchent pas (dénoncés depuis 2007 au CHU de Lyon)) qui consomment énormément d’énergie… pour rien. Vive les accords de Tokio que la France a signé en le bafouant quelques jours plus tard. La question est simple : qui veut tuer les français?

    Répondre
  2. tonygalo54 12 septembre 2017

    pourtant , il existe une réglementation pour la surveillance des légionelles dans les établissements recevant du public : http://www.officiel-prevention.com/environnement-pollution/pollution-des-eaux/detail_dossier_CHSCT.php?rub=40&ssrub=143&dossid=255

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *