Accueil / Actualités / Essai thérapeutique à Rennes : un drame de cette ampleur ne s’est jamais produit en France

Essai thérapeutique à Rennes : un drame de cette ampleur ne s’est jamais produit en France

L’essai thérapeutique de Rennes a connu un drame d’une ampleur inédite en France. Le dernier bilan de cet accident fait état de 5 cas inquiétants et une personne se trouve dans une situation plus difficile, car la mort clinique a été confirmée.

Les laboratoires sont en quête de nouvelles molécules et l’une d’entre elles faisait l’objet d’un test pour le compte d’un établissement au Portugal. C’était donc dans les locaux de Biotrial en France que cette étude était orchestrée. Les volontaires se trouvaient au début de l’essai thérapeutique, car ils étaient au cours de la phase 1. Ce genre de procédé est assez complexe et surtout long, car un tel travail demande des années d’études.

À Rennes, un essai thérapeutique conduit des volontaires à l’hôpital

Si cette molécule avait été développée pour un médicament, il n’aurait donc pas été commercialisé avant une dizaine d’années. Toutefois, le schéma classique pour un essai thérapeutique n’a pas été référencé, car un grave accident s’est produit en cette fin de semaine. L’ampleur est tellement importante qu’un phénomène de ce type n’a jamais été référencé sur le sol français. Plusieurs enquêtes ont donc été ouvertes à savoir par le parquet de Paris, la ministre de la Santé Marisol Touraine et l’ANSM. Les trois secteurs tentent de trouver les réponses qui permettront d’expliquer ce drame.

La ministre affirme que la molécule ne contenait pas de cannabis

Pour l’instant, très peu d’informations ont été partagées dans le cadre de cette affaire. Nous savons seulement que 90 personnes participaient à cet essai thérapeutique à Rennes, l’état de santé de 6 personnes a nécessité une hospitalisation au CHU de la même ville, mais le diagnostic n’est pas similaire pour chacun des patients. L’un se trouve dans une situation plus dramatique, car il est en mort clinique. Cinq personnes sont également dans un état grave et certaines pourraient souffrir d’un handicap irréversible. La ministre a également insisté sur un point, la molécule testée ne contenait pas de cannabis et elle n’était pas un dérivé de cette substance.

Médicaments, Pixabay – dertrick

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Médecin

Fibrose pulmonaire : soulager les patients ciblés par cette maladie incurable

Aujourd’hui débute la semaine mondiale contre la fibrose pulmonaire, une campagne de sensibilisation, d’information soutenue …

Réagissez !