Accueil / Actualités / La toxicité des cigarettes électroniques ne rendrait plus le vapotage inoffensif

La toxicité des cigarettes électroniques ne rendrait plus le vapotage inoffensif

La cigarette électronique ou e-cigarette a longtemps bénéficié d’un état de grâce notamment comme alternative idéale car dénuée de substances cancérigènes à la cigarette traditionnelle dont nous étions coutumiers. Il est désormais scientifiquement prouvé, via une étude qui vient d’éclore, qu’elle serait, contrairement aux idées reçues, une ennemie de notre santé.

Le diacétyle inquiète car il peut entraîner une bronchiolite oblitérante

Des chercheurs américains ont en effet décelé un produit chimique à la dangerosité qui est à ne pas sous-estimer : le diacétyle qui serait à l’origine de complications pouvant être sévères voire délétères sur les poumons (le taux de toxicité est variable suivant les arômes et le nombre d’inhalations quotidiennes). Cette substance est présente dans plus de 75% des arômes (une majorité plus qu’inquiétante) vapotés via une cigarette électronique. Les résultats alarmistes de cette étude figurent dans le mensuel de décembre de Environmental Health Perspectives. Le diacétyle n’est de surcroît pas le seul élément nocif pour ceux qui ne tarissaient pas de louanges vis-à-vis de la e-cigarette ayant montré une fausse patte blanche.

Une étude de l’université de Harvard ayant été anticipée en France

Le diacétyle est à double tranchant : c’est à la fois un additif alimentaire utilisé dans l’industrie agro-alimentaire pour donner une saveur de beurre ou de fromage. Le bémol est que si cette substance est reconnue comme inoffensive lorsqu’elle est ingérée, il n’en est pas du tout de même si cette dernière est inhalée. Sur 39 des 51 liquides testés, elle était présente dans des proportions largement au-delà du seuil tolérable d’un organisme sain. La France a le mérite d’avoir précédé les résultats de cette étude via des normes émanant de l’AFNOR et ce dès août. permettant d’encadrer au mieux le secteur : l’anathème jeté sur les substances cancérogènes et une information plus clair des usagers ont été ses mesures phares.

Vapoteuse, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Chauve-souris

Drôme : une chauve-souris diagnostiquée comme atteinte de la rage

Le denier cas humain de la rage, en France, plus particulièrement en Guyane, remonte à …

8 commentaires

  1. la vapeur contient des composés organiques volatils, dont des aldéhydes dangereux (formaldéhyde, acétaldéhyde) , certes moins que les goudrons de la cigarette au tabac, mais quand même…
    voir la prévention des risques des Composés Organiques Volatils (COV) : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=274

    • diacétyle, formaldéhyde, acétaldéhyde… Que c’est produits puissent exister dans des quantités infimes, voire à l’état de traces n’est pas contesté, mais comme avec tout produit, c’est la quantité qui fait la dangerosité.
      …on parle bien ici de « Réduction du risque ».

      • C est exact mais il convient d informer totalement les vapoteurs et leur entourage des dangers potentiels certes tres inferieurs au tabac . IL y a 50 ans on ne parlait pas des risques du tabagisme …

        • @Jeannot. Parfaitement d’accord avec ça, et c’est que les vapoteurs s’emploient à faire.
          …Mais tout comme il convient aussi de bien informer les fumeur, et ne pas leur faire croire que la cigarette électronique pourrait être autant, voire plus dangereuse que le tabac, et ainsi les conforter dans leur tabagisme !

          50 ans après, les risques du tabac, on en parle et ils sont parfaitement connus (78000 morts par an en France des conséquences du tabagisme, 1 chance sur 2 d’en mourir…), et pourtant, il semble que beaucoup aient tout intérêt à ce que cette consommation, et par voie de conséquence, cette hécatombe perdure !

          Très curieusement aujourd’hui, il semble qu’on parle beaucoup plus d’hypothétiques dangers de la cigarette électronique, que de ceux parfaitement identifiés et chiffrés du tabac, et on entend jamais grand monde chercher des solutions pour aider les fumeurs à sortir de ce piège qu’est le tabac !

        • …et pour mémoire, nous commentons ici un article qui dit dans son introduction : 
          « il est désormais scientifiquement prouvé, via une étude qui vient d’éclore, qu’elle serait, contrairement aux idées reçues, une ennemie de notre santé »…

      • Que c’est « que ces », bien sûr ! Que c’est une horrible faute !
        Voila ce que ces… pardon ! … ce que c’est de ne pas se relire !

  2. De toute façon, je suis persuadé qu’il y aura toujours des scientifiques pour nous dire que même le produit à consommer le plus sain pour le corps et l’esprit intègre des substances nocives. A ce moment là, on ne mange plus, on ne sors plus, on ne vit plus. Pour en revenir à la cigarette électronique, il faut juste faire attention aux idées reçues comme le dit cet article http://nicovip.com/blog/les-idees-recues-sur-la-cigarette-electronique-n9.
    Alors oui la cigarette électronique n’est pas 100 % inoffensive mais entre la pollution, les produits chimiques que l’on mange et respire, les ondes et j’en passe, quel est son degré de toxicité ? Ces débats valent-ils vraiment le coup que l’on s’y attarde, face aux réels danger sur la santé qui sont avérés et bien plus fatals ?

  3. Le « bémol », n’en déplaise au rédacteur de cet article, c’est que ces produits qui sont incriminés ici, sont aussi présents dans la cigarette classique, et à des taux… entre 10 et 100 fois supérieur ! Ce que l’étude, et cet article omettent de préciser, quitte à conforter les fumeurs dans leur tabagisme, dont plus personne ne parle des risques ! Mais peut-être faut-il y voir là le véritable objectif de cette étude, et de tous les articles qui reprennent l’info, sans la moindre lise en perspective !

Réagissez !