Accueil / Actualités / Troubles bipolaires : une maladie courante pourtant méconnue

Troubles bipolaires : une maladie courante pourtant méconnue

La journée mondiale des troubles bipolaires permet d’en savoir un peu plus sur cette maladie qui est courante, mais elle reste méconnue.

Photo d'illustration
Photo d’illustration

Le trouble bipolaire est une pathologie méconnue en France et elle est souvent associée à une dépression. Il s’agit d’un diagnostic psychiatrique qui décrit une catégorie de troubles de l’humeur oscillant entre les périodes d’élévation de soi-même et d’irritabilité, des périodes de dépression et des moments ou tout va bien. La cause n’est pas très clairement définie, on peut y voir de l’hérédité, mais aussi des facteurs environnementaux. Le traitement de cette maladie repose sur une aide psychologique adaptée à chaque patient, mais aussi au recours de médicaments psychotropes. Les signes et les symptômes peuvent se caractériser par des phases de tristesse, d’anxiété, de culpabilité, de colère et d’isolement et parfois de désespoir, des troubles du sommeil, de la timidité, un manque de motivation et des idées morbides voir suicidaires.

 

Un fort taux de suicide lié aux troubles bipolaires

Dans certains cas sévères, le malade peut présenter un délire, des hallucinations. Les troubles bipolaires touchent autant les hommes que les femmes, quel que soit l’origine socio-culturelle ou le niveau socio-économique. Le trouble bipolaire est la pathologie psychiatrique où il y a le plus fort risque de suicides, 30 fois supérieur à celui de la population générale. 15 à 19 % des malades réussissent leur suicide, à cela vient s’ajouter d’autres facteurs, l’alcoolisme, une mauvaise hygiène de vie, un diabète.

Les troubles bipolaires sont complexes à traiter

Cette journée mondiale des troubles bipolaires a été lancée en 2014 le 30 mars en souvenir du jour de naissance de Van Gogh lui-même atteint de cette maladie. Malgré les traitements, les récidives sont nombreuses, 37 % par an et plus de 70 % en trois ans, ces mauvais chiffres sont souvent liés à des interruptions de prescriptions médicales, il y a d’énormes progrès à faire pour combattre cette pathologie. 1 à 2 % de la population souffriraient de la forme majeure de la maladie. De plus, selon le Dr Christian Gray interviewé par Paris Match, il y aurait « autant de troubles bipolaires que de personnes« .

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !