LOADING

Type to search

Une chute devant l’hôpital, les urgences refusent de la soigner

2 années ago
Share

Une sexagénaire a fait une chute alors qu’elle se trouvait devant l’hôpital. Les urgences n’ont pas voulu la soigner et ils ont donc demandé de joindre le numéro de téléphone adéquat. L’affaire fait grand bruit.

Urgences

Urgences / Crédit Photo : Flickr – Philippe Agnifili

Au Portugal, au sud de Lisbonne, c’est une situation incroyable et pourtant réelle qui s’est produite. L’hôpital n’a pas partagé davantage d’informations concernant ce refus, mais il a estimé que l’état de santé de la sexagénaire n’était pas aussi grave. Elle a pu être prise en charge par les urgences, mais elle a tout de même été contrainte d’attendre pendant trois longues heures avec ses blessures et sa douleur. Cette dernière provenait de sa jambe gauche.

Au Portugal, les urgences refusent de prendre en charge la victime

En tombant, cette femme de 64 ans s’était également égratignée. L’affaire de cette patiente a fait le tour du Web au Portugal et les internautes n’ont pas hésité à partager leur consternation. Ils se sont questionnés sur les raisons qui poussent un établissement hospitalier à refuser une patiente alors que la chute s’est produite à proximité et les urgences n’étaient donc pas loin. Pourtant, ce qui peut apparaître comme une aberration reflète la réalité. Lorsque la senior est tombée à Barreiro, les témoins ont voulu demander de l’aide aux urgences qui ont refusé.

Les réseaux sociaux s’enflamment

En effet, il a été conseillé à ces personnes d’effectuer le 112 pour obtenir de l’aide. Les pompiers ont donc été dépêchés sur place et la sexagénaire se trouvait toujours devant la porte de l’hôpital où elle avait effectué sa chute. Les secours ont été consternés, ils ont pris en charge la victime, mais les soins ont été programmés bien plus tard. Sur les réseaux sociaux, les Portugais ne font pas preuve de retenues dans leurs propos et ils sont nombreux à se demander comment une telle situation peut encore se produire de nos jours.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *