Accueil / Actualités / Une nuit blanche aurait les mêmes effets néfastes pour notre corps qu’un régime gras à l’extrême de six mois !

Une nuit blanche aurait les mêmes effets néfastes pour notre corps qu’un régime gras à l’extrême de six mois !

Une étude menée par des chercheurs de Los Angeles sur  des chiens à accouché de conclusions surprenantes mais aussi effrayantes. Si vous avez un sommeil de mauvaise qualité, ou pire des insomnies chroniques, vous avez toutes les chances (ou plutôt la malchance au possible) de prendre des kilos à la pelle : une nuit blanche (nous avons bien dit une seule ) équivaut à la consommation d’un régime gras en pendant six mois d’affilée. Somnifères ou camomille sont des pistes à privilégier.

Une étude dont la clé est l’insuline et des nuits blanches rares ou cumulées à en faire fuir votre balance

D’après l’étude des chercheurs californiens du centre médical Cedars-Sinaï, publiée sur Obesity Society, les effets d’un manque de sommeil et sensibilité à l’insuline seraient liés. L’insuline  est une hormone sécrétée par le pancréas. Ce dernier produit et libère de l’insuline pour aider l’organisme à utiliser et/ou à stocker ce glucose à un taux de glycémie le plus stable possible. Une nuit blanche « peut éventuellement mener à un diabète de type 2, une maladie qui empêche l’insuline dans le corps de répondre correctement, et qui implique qu’il y ait trop de sucre dans le sang », précisent alarmistes les chercheurs.

Réalisés sur huit chiens avant et après avoir été privés d’une nuit de sommeil, les tests ont indiqué que la sensibilité de l’insuline avait été réduite de 33% après le manque de sommeil. En comparaison, elle ne baisse de 21% dans le cas d’un régime gras. « Ces recherches démontrent l’importance de bien dormir pour maintenir le niveau de sucre dans le sang et réduire les risques de maladies comme l’obésité et le diabète », concluent les chercheurs. Toute nuit est à honorer tel qu’il se doit pour éviter ces écueils majeurs pouvant avoir un impact (le diabète acquis l’est pour la vie) des plus négatifs possibles.

Les parades à adopter pour échapper aux pièges des nuits blanches généreuses en surpoids gratuit

Cette recherche démontre l’importance de bien dormir pour maintenir le taux de glycémie à un niveau normal et supportable pour le corps et amoindrir les risques de contraction et de développement de maladies métaboliques comme l’obésité et le diabète. « De nombreux patients comprennent l’importance d’un régime équilibré », selon une des chefs de file de l’étude, à savoir Caroline Apovian, « mais ils n’ont peut-être pas une idée claire de l’importance du sommeil dans le maintien de l’équilibre du corps ». Toute une éducation parfois à refaire que les individus soient aussi bien jeunes qu’à un âge respectable.

L’estimation d’une nuit de sommeil efficace varie essentiellement en fonction de la courbe de l’âge. Sans surprise, ce sont les bébés (de 0 à 3 mois) qui nécessitent le plus important taux de sommeil par jour : entre 14 à 17 heures sont recommandées. Les adolescents (14-17 ans) ont quant à eux besoin de dormir 8 à 10 heures par nuit. Les adultes (26-64 ans), entre 7 et 9 heures et les personnes âgées de 65 ans et plus affichent pour leur part des besoins s’élevant un zeste de plus : de 7 à 8 heures de sommeil quotidiennes. Ne gâchez pas votre capital-sommeil qui est une partie intégrante et alliée de votre capital-santé.

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Culturisme

Une prise de protéine a entraîné le décès d’une mère de famille adepte du culturisme

Une jeune maman âgée de 26 ans a succombé à une trop forte consommation de …

Réagissez !