Accueil / Actualités / Une nuit que personne n’oubliera, les médecins face à des blessures de guerre

Une nuit que personne n’oubliera, les médecins face à des blessures de guerre

Ce vendredi 13 novembre restera sans doute dans la mémoire de tous les Français, difficile de penser à autre chose, d’oublier cette vision d’horreur. Nous entrons aujourd’hui dans le 3e jour de deuil national décrété par le chef de l’état et la barbarie de ces terroristes est toujours aussi présente. Le personnel soignant des hôpitaux de Paris a dû gérer dès vendredi de multiples blessés, tous les médecins ont dû faire face à des blessures de guerre. Le bilan est lourd, 129 morts, 352 blessés , quarante-deux personnes sont toujours en réanimation.

Les médecins qui ont été présents dès les premiers instants ont déclaré que le nombre de blessés était inhabituel et que les plaies étaient considérables, provoquées par des balles de gros calibre. Les armes des terroristes étaient des fusils d’assaut type kalachnikov, les meurtriers portaient également des ceintures d’explosifs. Les chirurgiens ont été confrontés très vite à des interventions très urgentes, les dix blocs opératoires tournaient à plein régime, les chirurgiens orthopédiques ont également été appelés au vu des plaies nombreuses aux membres. Le patron des urgences de Lariboisière a déclaré au JDD que tout le personnel soignant était mobilisé bien avant l’application du « plan blanc » et tout cela en un temps record.

Des blessures de guerre qui laisseront des séquelles à vie

Cette situation des plus exceptionnelles a été gérée dans tous les hôpitaux de Paris de façon admirable, tous ont opéré en urgence avec des technologies de pointe, mais certaines blessures laisseront sans aucun doute des séquelles  comme le déplorent les médecins. Plusieurs personnes ont subi plus de treize opérations successives, d’autres ont perdu des membres et le traumatisme sera à vie. De très lourds dégâts pour tous ces blessés comme a pu le déclarer un médecin des secours à la Pitié Salpêtrière au JDD. Tout le personnel soignant, les pompiers, la police et toutes les personnes témoins de cette atrocité n’oublieront pas qu’en quelques heures la France a basculé dans l’impensable.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Les pleurs d'un bébé

La tête plate est-elle en lien avec la crainte de la mort subite du nourrisson ?

La semaine nationale de prévention de la mort subite du nourrisson se déroule du 18 …

Réagissez !