Accueil / Actualités / Vaccin contre la gastro : les parents sont inquiets

Vaccin contre la gastro : les parents sont inquiets

Le vaccin contre la gastro est remis en cause pour les bébés après le décès de deux nourrissons et l’émergence de plusieurs effets secondaires.

Photo d'illustration d'un bébé
Photo d’illustration d’un bébé

Ce vaccin jusqu’à maintenant recommandé pour les nourrissons est dans le collimateur, il entraînerait un nombre inquiétant d’effets secondaires. Un bilan a été remis à l’agence du médicament. La gastro-entérite est très contagieuse, en présence d’un cas on estime qu’une diarrhée survient chez 70 % des contacts familiaux âgés de moins de trois ans. Ce vaccin autorisé en Europe depuis 2006 est commercialisé en France depuis 2006/2007, il est administré aux nourrissons dès six semaines pour prévenir des gastros par des infections à Rotavirus, un million de doses ont été distribuées et les effets indésirables ont été référencés et ils sont bien connus : vomissements, douleurs abdominales, présence de sang dans les selles, forte fièvre. Des médecins continuent à prescrire ce vaccin, car selon eux, une gastro-entérite peut-être extrêmement grave pour un bébé et parfois mortelle.

La gastro est dangereuse pour les bébés

Le comité de pharmacovigilance a déclaré « que la gastro à Rotavirus a une mortalité quasi nulle en France », ce vaccin n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. Dans le « Canard Enchaîné », on apprend que deux bébés sont décédés en 2012 et 2014 dès suite d’une vaccination contre cette maladie. Les pédiatres ne veulent pas remettre en cause cette vaccination, car selon eux c’est un net progrès dans la lutte contre la gastro. Tous les ans en France, 155 000 consultations de nourrissons et 14 000 hospitalisations sont enregistrées pour cette maladie qui provoque entre 7 et 17 décès.

Les symptômes liés au vaccin contre la gastro

Quand il y a un problème après la vaccination, il survient sept jours après l’inoculation, l’enfant se met à pleurer anormalement, il se tord dans tous les sens, il est pale, vomit et ne s’alimente plus. Il faut consulter rapidement et un lavement est pratiqué qui va réduire l’invagination, si aucun symptôme ne survient quinze jours après la vaccination les parents peuvent être tranquilles, mais plusieurs sont inquiets. Le vaccin est efficace, il faut simplement expliquer aux parents les effets secondaires, la plupart des médecins s’accordent sur cette déclaration.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Soleil

L’allergie au soleil ou lucite estivale est plus fréquente qu’on ne le croit

Cette manifestation cutanée touche autant à la plage l’été que sur les pistes de ski …

Un seul commentaire

  1. En fait, il y a eu 201 effets graves :

    CT Pharmacovigilance du 10/02/2015 – Compte-rendu -extrait CT012015023 (31/03/2015) (620 ko)
    http://ansm.sante.fr/content/download/75433/958819/version/2/file/CR-CT-Pharmacovigilance-012015023+rotavirus.pdf – et en pièce jointe

    2.1-Rotarix® (page 7/10 du rapport en pièce jointe)

    Un total de 422 cas, dont 161 graves (38%), a été rapporté pour Rotarix® sur le marché national depuis mai 2006. Les EI recueillis sont principalement digestifs (74,6%) avec 35 cas d’invaginations intestinales aiguës (IIA) survenus dans le mois suivant la vaccination. Vingt et un de ces 35 cas sont survenus dans les 7 jours suivant la vaccination, dont trois particulièrement graves : 2 hospitalisations en réanimation (5,7%) et 1 décès (2,8%).

    2.2-Rotateq® (page 8/10 du rapport en pièce jointe)

    Un total de 86 cas, dont 40 graves (47%), a été rapporté pour Rotateq® sur le marché national depuis janvier 2007. Les EI recueillis sont principalement digestifs (74,4%) avec 12 cas d’invaginations intestinales aiguës (IIA) survenus moins d’un mois après la vaccination. Six de ces 12 cas sont survenus dans les 7 jours suivant la vaccination, dont 1 après la 3ème dose et ayant évolué vers le décès (8,3%).

    5. Conclusion et perspectives (page 10/10 du rapport en pièce jointe)

    Compte-tenu des données issues du suivi national de pharmacovigilance et des données internationales analysées dans les rapports de synthèse périodiques de pharmacovigilance, les membres du Comité Technique de Pharmacovigilance ont adopté à l’unanimité les conclusions suivantes :

     Ce suivi national de pharmacovigilance confirme la survenue d’effets indésirables graves au décours de la vaccination anti-rotavirus en France, dont le taux de notification est préoccupant si on le compare aux taux de notification observés avec d’autres vaccins pédiatriques. Il souligne en particulier la gravité des invaginations intestinales aigües attribuables à la vaccination. […]

Réagissez !