Accueil / Actualités / Vaccin papillomavirus : une obligation pour optimiser la prévention

Vaccin papillomavirus : une obligation pour optimiser la prévention

Le vaccin contre le Papillomavirus devrait être obligatoire dans les écoles, il s’agirait d’un moyen optimisé pour accroître la prévention.

Vaccin
Vaccin

Les vaccins sont généralement réalisés à l’école, car ils sont régis par une obligation. Cette dernière concerne également l’Italie et cette politique est dédiée à la poliomyélite, le tétanos et la diphtérie. Les enfants sont souvent assez réticents, car les piqures sont généralement une source d’angoisse même chez les adultes. Pourtant, la politique vaccinale à l’école serait la seule méthode pour augmenter la prévention et lutter contre les virus. Quelques jours après la rentrée scolaire, le HCSP (Haut Conseil de Santé Publique) se demande si cette obligation ne devrait pas être appliquée au Papillomavirus.

Le vaccin contre le Papillomavirus dès l’école

Depuis 2005, le vaccin contre le papillomavirus a été lancé sur le marché. Gardasil concurrencé par Cervarix est donc une méthode efficace pour lutter contre cette maladie qui fait partie des infections sexuellement transmissibles. Pour tenter de prévenir un éventuel cancer du col de l’utérus, le HCSP estime que la vaccination à l’école est une piste à envisager. De plus, une étude réalisée au Danemark révèle qu’une prévention aussi importante débouche sur des résultats positifs. Grâce au vaccin, l’effet est donc réel sur les différentes infections ainsi que les verrues génitales.

Revoir le dialogue utilisé pour les vaccins

De plus, une telle vaccination dans le milieu scolaire permettrait de toucher un maximum de jeunes filles. En effet, aujourd’hui, le vaccin contre le Papillomavirus ne profiterait pas aux patientes qui en ont le plus besoin. Le Haut Conseil estime enfin que les mots utilisés doivent avoir une réelle importance. Il précise qu’un vaccin qui est considéré comme recommandé doit être en réalité indispensable. Cela permettrait ainsi de faire la différence avec les vaccins qui sont préconisés dans certaines situations où les vulnérabilités particulières sont observées.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Squelette

Ostéoporose : sous-diagnostiquée, celle maladie est dangereuse

En Europe, l’ostéoporose touche près de 21 millions de femmes de plus de 50 ans …

Réagissez !