Accueil / Actualités / Vasalgel : un gel contraceptif masculin injecté à l’efficacité prouvée sur les singes

Vasalgel : un gel contraceptif masculin injecté à l’efficacité prouvée sur les singes

Un gel contraceptif masculin, testé avec un succès indéniable sur des singes, pourrait placer hommes et femmes sur un pied d’égalité concernant la contraception, responsabilité souvent réservée aux femmes. Elles aimeraient énormément passer le relais, en appelant à la responsabilité de la gente masculine : anneau, implant, patch, diaphragme, spermicides, ou stérilet, sont le choix étoffé et le pré carré de ces dames. La pilule est cependant le contraceptif le plus répandu en France avec pas moins de 40% d’utilisatrices. Mais une révolution s’annonce, peut-être dans les starting-blocks d’une commercialisation en 2018. Le gel devra passer le cap préalable des essais cliniques.

Singe

La contraception masculine jusqu’à présent : un choix restreint et contraignant à l’exception notable du port aléatoire du préservatif

Le préservatif constitue le principal moyen de contraception masculine. Il empêche la rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovocyte, rendant impossibles l’ovulation et la grossesse. La vasectomie est une chirurgie qui consiste à sectionner les canaux transportant le sperme et qui entraîne une stérilisation définitive. Il existe également des traitements hormonaux (pilules, injections, gels) qui empêchent la maturation des spermatozoïdes. La méthode hormonale n’est pas très répandue en raison de ses possibles effets secondaires : baisse de la libido, acné, augmentation du risque de cancer de la prostate.

Des essais inaugurateurs et prometteurs sur un panel de singes, concernant le Vasalgel, espéré sur le marché, mais pas avant 2018

Mais des chercheurs du California National Primate Research, sur la côte ouest des Etats-Unis, relatent une étude, s’agissant d’une contraception masculine novatrice. Cette dernière a été relayée dans le journal Basic and Clinical Andrology. 16 singes mâles ont été traités par le bisais d’un gel contraceptif, sur une période de deux ans. L’utilisation de ce gel, répondant au nom de Vasalgel, a été effectuée par injection. Les résultats révélés excellents, affichent un taux de gestation, étant en berne, qui aurait normalement été de 80% environ. Le degré élevé, en ce qui concerne la tolérance au Vasalgel se révèle très rassurant.

Singe, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Un enfant dort

Etats-Unis : les médecins ne peuvent expliquer pourquoi un enfant de 7 ans a dormi 11 jours sans interruption

C’est une hallucinante histoire qui pourrait être assimilée à un canular : celle de Wyatt …

Réagissez !