Accueil / Actualités / Xynthia : la justice opte pour des sanctions plus sévères

Xynthia : la justice opte pour des sanctions plus sévères

La justice a rendu son verdict dans l’affaire de la tempête Xynthia. Les anciens élus ont eu de la prison ferme.

Xynthia
Xynthia

Dans la nuit du 27 au 28 février 2009, 29 personnes ont trouvé la mort à cause de la tempête Synthia à la Faute-sur-Mer. Ce sont essentiellement des personnes âgées et des jeunes enfants qui ont péri et la plupart des décès sont dus à la noyade dans les logements. Le tribunal a jugé au-delà des réquisitions du ministère public puisque 4 ans de prison ferme ont été attribués à l’ancien maire de la Faute-sur-Mer. Son adjointe à l’urbanisme a été condamnée à 75 000 euros d’amende et deux ans de prison ferme.

De la prison ferme dans le dossier de la tempête Xynthia

Dans le cadre de la tempête Xynthia, le fils a été condamné à 18 mois de prison ferme pour ne pas avoir organisé de surveillance de la digue dans la nuit du drame. Quant à Alain Jacobsoone, le représentant de l’État accusé de ne pas avoir prévenu le maire des dangers de la tempête a été relaxé. Deux sociétés de BTP locales ont été poursuivies : l’une a été relaxée et l’autre a écopé d’une amende de 30 000 euros. Rappelons qu’à la Faute-sur-Mer, les dommages ont été estimés à plusieurs millions d’euros.

Le maire fera appel de la décision dans le dossier de la tempête Xynthia

L’ancien maire a aussitôt réagi et a dénoncé ce verdict trop sévère dans l’affaire de la tempête Synthia. Il va faire appel et a déclaré : « la condamnation est injuste, je suis le bouc émissaire de la situation ». Le procès en appel devrait se dérouler à l’automne 2015 à Poitiers. Les familles des victimes de la tempête Xynthia ont été soulagées d’apprendre que la justice avait fait son travail. Cela ne remplacera pas les personnes décédées, mais ils pourront ainsi commencer un processus de deuil. L’avocate de l’association des victimes a révélé que « l’important, c’est d’avoir fait condamné, le plus accablant, c’est l’analyse du tribunal ». Le président de l’association a reconnu qu’il s’agissait d’un soulagement, d’une satisfaction, car « l’état a commis des erreurs, mais ces erreurs étaient accessoires, sans conséquence si les élus avaient joué leur rôle ».

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Maladie de peau

Maladie de peau : un fléau qui touche 16 millions de Français

Les maladies sont très diverses. La peau est l’enveloppe qui protège notre corps, elle est …

Réagissez !