Accueil / High-Tech / Amnesty International rappelle à l’ordre des grandes marques de Smartphones

Amnesty International rappelle à l’ordre des grandes marques de Smartphones

Le travail des enfants est directement concerné par ce reproche de grande envergure, Amnesty International blâme certaines grandes marques de téléphones portables de fermer les yeux sur la provenance d’un composant : le cobalt, il est utilisé dans la fabrication des batteries des Smartphones. Ceux qui triment et qui extraient ce minerai sont des enfants, leur condition de vie est désastreuse et cela se passe en République Démocratique du Congo. Les contrôles sont-ils effectués afin de vérifier comment ce cobalt est extrait des mines et par qui ? Il semblerait que plusieurs marques de Smartphones fassent l’impasse sur cette démarche essentielle.

Les enfants sont en première ligne, ils sont directement concernés par cette mise en danger. Amnesty International dans un rapport publié aujourd’hui mardi 19 janvier 2016 reproche à des dizaines de multinationales de ne pas faire les contrôles qui devraient pourtant être systématiques. L’organisation de défense des droits de l’homme a enquêté dans la région du Kantaga située au sud de la République Démocratique du Congo et leurs conclusions montreraient que les enfants travaillent les pieds et les mains nues avec un marteau, ils n’ont aucune protection, pas de casque et la poussière de cobalt qu’ils respirent en permanence peut provoquer des maladies respiratoires mortelles.

Des enfants travaillent pour extraire le Cobalt utilisé pour les mobiles

Les enfants qui travaillent dans les mines clandestines dans des tunnels très mal entretenus sont confrontés constamment à des accidents, lorsqu’il y a des morts, les corps ne sont même pas rendus aux parents, ils restent au fond des mines, en 2015, 80 mineurs sont décédés de cette façon. Les enfants travaillent souvent plus de douze heures consécutives pour un salaire de misère, 1 à 2 dollars par jour qu’ils se font très souvent volés par la police.

Amnesty International dénonce le manque de contrôles

Ce racket n’est pas dénoncé puisque le travail des enfants n’est pas autorisé, il y a également des violences sexuelles, les enfants avouent être frappés régulièrement. Amnesty International au vu de ces constatations pointe la responsabilité des états. Le cobalt est revendu en Chine, en Asie du sud-est. Le cobalt extrait des mines par les enfants, vous le tenez en permanence dans vos mains via les téléphones portables.

Enfant, Pixabay – wjgomes

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !