Accueil / High-Tech / Antarctique : sous la banquise blanche, un monde sous-marin coloré, via un film de toute beauté

Antarctique : sous la banquise blanche, un monde sous-marin coloré, via un film de toute beauté

Un robot sous-marin nous permet d’y voir plus clair, concernant une vie foisonnante et polychrome, via un film, consacré à ce qui relève de l’incroyable beauté océanique, cachée sous la banquise, propre à l’Antarctique, qui est le continent le plus méridional du monde, avec une localisation toute proche du pôle Sud. La magie, inhérente aux images rapportées, est véritablement éblouissante.

Banquise

L’exploration, dans des eaux surprenantes par leur relative douceur, émane d’un robot doté d’une caméra, sous l’impulsion de la Division australienne de l’Antarctique

La Division australienne de l’Antarctique (AAD), dont le ministère australien de tutelle est celui de l’Environnement, a procédé d’une façon, qui paraît des plus simples, en attachant une caméra, à un véhicule téléguidé, qui a pénétré dans l’eau de mer, dont l’échelle de température, largement supérieure à celle de l’air ambiant, varie entre deux extrêmes (de -1,8°C à 10°C). Le trou percé, l’heure était à une exploration, qui avait également d’autres visées scientifiques.

En plus de relevés divers à effectuer, le robot est remonté à la surface avec un film précieux, qui est prodigue d’images splendides, à découvrir absolument

Ce robot multitâche avait des missions nombreuses à remplir, comme les relevés précieux des niveaux d’acidité, d’oxygène, auxquels il faut ajouter la salinité et la température de l’eau. « Ces images révèlent un habitat qui est productif, coloré, dynamique et rempli d’une large variété de biodiversité, y compris des éponges, des araignées de mer, des oursins, des concombres de mer et des étoiles de mer », a déclaré Glenn Johnstone, biologiste de l’AAD.

Un écosystème sous-marin, qui s’accommode très bien à son environnement austral, sous une banquise qui est aussi « vivante » car en mouvement incessant

Ces espèces filmés à O’Brien Bay, près de la station de recherches de Casey, vivent dans des eaux à moins 1,5 degré Celsius toute l’année, sous une épaisse couche de glace de 1,5 mètres pendant 10 mois de l’année. Notons que plus le froid s’intensifie, plus la glace de mer s’épaissit, et s’étend pour former la banquise. Au maximum de son extension, en septembre, la surface de la banquise peut atteindre 20 millions de km², ce qui double la surface glacée de l’hémisphère sud.

Banquise, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Ordinateur

e-santé : les Français tombent amoureux de la technologie

Un dernier sondage sur la télémédecine montre que la plupart des Français accordent leur confiance …

Réagissez !