LOADING

Type to search

Cerveau réparé avec une greffe de neurones : une prouesse incroyable

3 années ago
Share

Un cerveau a été réparé grâce à une greffe de neurones. Cette prouesse s’avère être incroyable et elle est surtout prometteuse.

Cerveau

Cerveau

Pour une raison lambda, un cerveau peut subir des lésions que le corps médical pensait irréversibles. Or, une greffe de neurones a permis de réparer cette partie essentielle pour un être vivant et cette prouesse donne un véritable espoir. Il faut toutefois préciser que cette réussite n’a pas été obtenue avec un cerveau humain puisque les auteurs se sont focalisés sur celui des rongeurs. En effet, les souris sont toujours en première ligne avant de passer à d’éventuels tests humains.

Une greffe de neurones pour réparer un cerveau endommagé

La réparation d’un cerveau d’un Homme n’est pas encore au programme, mais ces travaux montrent que la greffe de neurones est une piste à ne pas négliger. De plus, cette partie est beaucoup plus complexe chez les humains, une telle réparation demandera donc des expériences plus importantes et des recherches davantage profondes. En effet, chacune des zones possède une fonction particulière. Par conséquent, les chercheurs doivent utiliser des neurones responsables du mouvement pour la zone dédiée aux déplacements ou encore ceux pour la vision pour réparer un problème oculaire. Cette prouesse sur des rongeurs est tout de même une première mondiale.

Une réparation du cerveau problématique en cas d’échec

Les chercheurs français et belges ont rassemblé leurs connaissances pour la réparation du cerveau en cultivant des cellules souches embryonnaires. L’objectif a consisté à les transformer en cellules neuronales qui ont par la suite été greffées dans le cerveau de la souris et plus particulièrement dans le cortex. Ce dernier est primordial puisqu’il s’occupe de plusieurs actions comme les mouvements ou encore la vision et l’audition. Les chercheurs ont tout de même attendu 12 mois pour faire part de leurs résultats qui ont montré une efficacité à hauteur de 61 %. Une réparation du cortex visuel a été observée, mais un problème de taille est apparu. En effet, lorsque la réparation n’a pas été optimisée, les scientifiques ont découvert que des tumeurs étaient susceptibles de se développer.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *