Accueil / High-Tech / Colombie : une nouvelle espèce de mygale découverte et pourvue de poils urticants pour se défendre

Colombie : une nouvelle espèce de mygale découverte et pourvue de poils urticants pour se défendre

Une nouvelle espèce d’araignée, de mygale pour être plus précis, vient d’enrichir le sous-ordre déjà étoffé des Mygalomorphae. Elle a été découverte par une équipe de scientifiques dans le nord de la Colombie. Les mygales ont pour domicile de prédilection les régions tropicales et subtropicales, le plus souvent les forêts profondes et humides. Comme les chercheurs chanceux l’ont expliqué le 29 juin sur Zookeys, cette nouvelle espèce, baptisée « Kankuamo marquezi »  (emprunt linguistique aux indigènes de la montagne de Santa Marta, ou l’animal a été trouvé) a une particularité, se révélant inédite : elle ne fuit pas le contact direct avec ses ennemis potentiels, avec pour arme à l’efficacité redoutable, que sont ses poils urticants. Définissons, pour commencer, l’arachnophobie répandue.

Araignée

Qu’est-ce que l’arachnophobie ? Ses origines ? Ses manifestations ? Sa gravité ?

L’arachnophobie toucherait 40% de la population française soit 26 millions d’entre nous : un chiffre loin d’être bénin pour une peur qui est irraisonnée puisque les araignées sont dans une majorité des plus immenses, inoffensives pour l’homme. Cependant la phobie, génératrice d’une anxiété étant la plupart du temps, démesurée à la simple vue de ces bébêtes, altère la respiration, ce qui dérègle à son tour le système neurovégétatif. Les conséquences manifestes sont alors la tachycardie, des vertiges, des maux de ventre, des crises de panique, des vomissements jusqu’à des évanouissements avérés !

Une arme imparable pour cette espèce jusque-là inconnue : les poils urticants

Comme nous l’avons évoqué dans l’introduction sans le développer cependant « ces poils servent de défense », explique le biologiste Carlos Perafán au très sérieux New York Times. « Mais ceux-là sont différents de ce qu’on trouve habituellement sur le corps des mygales. Ils ont une pointe qui permet de pénétrer la peau et de causer des irritations », enchérit-il. C’est donc au contact de ses ennemis qu’elle se libère de son arme, alors que d’autres espèces les projettent directement sur leurs cibles. Les mygales ont donc des moyens de défense et/ou de chasse nombreux et indéniablement variés.

Cette découverte ne sera pas la dernière avec une kyrielle d’espèces cachées

Mais les chercheurs n’ont pas seulement découvert une nouvelle espèce, ils ont mis la main sur un nouveau genre. Comme l’explique National Geographic, le mâle n’a pas significativement doté de pénis mais davantage de sortes d’ampoules au bout des pattes avant facilitant le transfert pour le moins réussi des semences vers la femelle. Une curiosité dans le domaine de la fécondation. Et ce n’est pas terminé : si l’on dénombre 15 familles, 321 genres, et 2 651 espèces de mygales, il n’est pas du tout exclu mais au contraire affirmé que beaucoup sont encore à découvrir : frissons à venir !

https://youtu.be/uvpNc2xv18k

Araignée, Capture YouTube

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Bijou

Les bijoux deviennent désormais intelligents pour étudier votre santé

Difficile de passer à côté de ces objets connectés qui ont largement envahi notre quotidien. …

Un seul commentaire

  1. « Mais les chercheurs n’ont pas seulement découvert une nouvelle espèce, ils ont mis la main sur un nouveau genre. Comme l’explique National Geographic, le mâle n’a pas significativement doté de pénis mais davantage de sortes d’ampoules au bout des pattes avant facilitant le transfert pour le moins réussi des semences vers la femelle. Une curiosité dans le domaine de la fécondation. »

    N’importe quoi, il n’y a rien de nouveau dans ce système de fécondation des arachnides par les pédipalpes.

    Je ne risque pas de revenir sur ce site peu sérieux

Réagissez !