Accueil / High-Tech / Cyber-harcèlement : une ado de 13 ans aurait identifié LA solution

Cyber-harcèlement : une ado de 13 ans aurait identifié LA solution

Le cyber-harcèlement prend une ampleur non négligeable ces dernières années. Toutefois, une collégienne d’à peine 13 ans aurait trouvé LA solution.

Cyber-harcèlement
[/media-credit] Cyber-harcèlement
La Global Science Fair organisée par Google a jeté son dévolu sur le cyber-harcèlement. Que ce soit sur Facebook, les autres réseaux sociaux ou encore les forums et les sites de rencontre, cette pratique est de plus en plus courante. Les internautes même les plus rigoureux peuvent un jour tomber dans un piège qui est susceptible de détruire leur quotidien, leur famille… Cette adolescente âgée de 13 ans s’est donc penchée sur ce problème et elle a eu le privilège de faire partie des 15 finalistes.

Le cyber-harcèlement éradiqué grâce à Rethink ?

Originaire de l’Illinois, la jeune fille passionnée par les Sciences ainsi que la psychologie a mis au point Rethink qui serait LA solution pour lutter définitivement le cyber-harcèlement. Prénommée Trisha Prabhu, cette adolescente a déjà organisé des tests qui ont obtenu un très large taux de satisfaction. Le concept est assez simple puisque les cobayes âgés entre 12 et 18 ans étaient invités à utiliser une interface. Cette dernière leur demandait si le message qu’ils souhaitaient transmettre sur la toile devait réellement être posté. Cette méthode du « Pensez-y à deux fois » s’avère être positif puisque 93.4 % des participants ont renoncé à publier ce message.

Une solution découverte pour lutter contre le cyber-harcèlement

Grâce à ce concept baptisé Rethink, les utilisateurs de l’interface sont invités à prendre connaissance des conséquences que le message pourrait avoir sur autrui. Ce serait donc LA solution pour lutter contre le cyber-harcèlement qui prend chaque jour un peu plus d’importance. Il n’existe pas réellement d’âge pour se faire arnaquer sur le Web puisque les escrocs ciblent n’importe quelle personne susceptible de combler leurs attentes. Dans tous les cas, la collégienne estime que les auteurs des messages incitant à la haine ne connaissent pas toujours les conséquences. Si toutefois, la jeune femme remporte la première place, elle recevra un prix d’environ 37 000 euros.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Ecran chez les enfants

Les écrans responsables de nombreux problèmes de vue chez les jeunes

Les troubles visuels chez les plus jeunes sont malheureusement en augmentation ces dernières années. L’exposition …

Un seul commentaire

  1. bonjour,
    dans l’usage, les messages bloquant trop intempestifs finissent par lasser et être validés sans être lus. Trop de messages tuent le message.
    Si ça a été satisfaisant pour un test, c’est sans doute parce que les testeurs se sont sentis sensibilisé directement par le test. à long terme l’efficacité baissera hélas.
    Il faut plutôt retenir l’essentiel de ces démarches : la sensibilisation.

Réagissez !