Accueil / High-Tech / La découverte d’une exoplanète en orbite autour de trois soleils éclipse la fiction

La découverte d’une exoplanète en orbite autour de trois soleils éclipse la fiction

Star Wars avait sa propre planète Tatooine éclairée par deux étoiles respectivement de type spectral G et K appelées Tatoo 1 et 2. Dans la réalité, des exoplanètes du même type ont pu être observées mais une découverte des plus récentes, relayée jeudi dans la sérieuse revue américaine Science risque de vous étonner au plus haut point : grâce à un outil high-tech, des plus novateurs, Sphere, conçu pour être à l’affût dans la détection des exoplanètes les plus éloignées qui soient, un système solaire pourvu de trois étoiles avec dans leur orbite une exoplanète, répondant au nom poétique de HD 131399Ab, a été dévoilé. N’oublions surtout pas de saluer unanimement l’observatoire international d’Alma au Chili et aussi l’équipe d’astronomes de l’Université d’Arizona ayant été sans doute les premiers surpris d’une telle rareté, non fictionnelle, évidemment réelle, et sans rivale : c’est du jamais vu !

Soleil

Qu’est-ce qu’une exoplanète au travers d’une courte définition ? Quelles sont les caractéristiques principales et parfois uniques de HD 131399Ab ?

Selon l’Observatoire de Paris, qui est une source de référence, une exoplanète, ou qualifiée aussi de l’adjectif extrasolaire, est une planète gravitant en orbite autour d’une autre étoile que le Soleil (le préfixe exo signifie hors de en Grec). Jusqu’à tout récemment, nous étions surtout connaisseurs de planètes de type géante gazeuse, qui étaient plus faciles à détecter que les planètes de type tellurique. Malgré tout, les méthodes de détection de plus en plus sensibles, aboutissent enfin à observer des exoplanètes d’une taille comparable à la Terre. HD 131399Ab est située dans le Centaure, qui est une vaste constellation australe bordée dans sa partie méridionale de l’un des secteurs parmi les plus éclatants de la Voie Lactée.

Ses caractéristiques principales sont les suivantes : elle est située à 340 millions d’années-lumière de la Terre (une distance qui dépasse notre entendement d’être humain de taille modeste) et est, dans la chronologie sans bornes de l’Univers, une exoplanète, qui figure parmi les plus jeunes découvertes à ce jour avec une formation remontant à 16 millions d’années seulement. HD 131399Ab est de plus d’une envergure impressionnante (masse quatre fois plus importante que Jupiter en possédant une notable de 1,898 × 10^27 kg). Avec un caractère inhospitalier bien trempé, HD 131399Ab a une température moyenne atteignant les 580 degrés Celsius, mais paradoxalement elle est d’une froideur rarissime parmi la famille des exoplanètes géantes à laquelle elle appartient de façon indiscutable.

HD 131399Ab est partie intégrante d’un système multi-stellaire qui se moque de notre âge et reposant sur un équilibre stable mais jusqu’à quand ?

Si les systèmes stellaires binaires sont communs, les systèmes multi-stellaires le sont moins et suscitent toute l’attention scientifique requise pour en dévoiler les spécificités évidentes et afin de plus d’en percer les mystères cachés : HD 131399Ab et ses trois soleils sont donc les bienvenus. Sur HD 131399Ab, il est possible d’assister à trois levers et à trois couchers de soleil et ce quotidiennement, et il y fait jour pendant un quart de son orbite, soit une durée de 140 ans. « Imaginez un monde dans lequel on pourrait admirer 3 aurores et 3 crépuscules quotidiennement selon la saison » qui, dans ce cas, dure plus longtemps qu’une vie humaine puisque l’orbite de cette planète autour des trois étoiles s’étend sur l’équivalent de 550 ans terrestres, selon les chercheurs.

Cette proximité -qui n’est pas figée cependant- entre les 3 étoiles se traduit, comme sur Terre, par une alternance nuit/jour, selon les allégations des chercheurs. La planète a l’orbite la plus éloignée jamais observée dans un système multi-stellaire, soulignent-ils. Ainsi, « cette exoplanète est l’une des rares à avoir été directement observée et également la première avec une telle orbite », spécifie Daniel Apai, professeur à l’université d’Arizona et de plus membre de l’équipe de recherche. « Si la planète était un peu plus éloignée de l’étoile principale, elle serait éjectée du système stellaire », explique-t-il. « Nos simulations mathématiques montrent que ce type d’orbite peut être stable mais un seul petit changement peut très rapidement la rendre instable ». L’équilibre est hélas fragile.

Soleil, Pixabay – Finnglas

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Ordinateur

e-santé : les Français tombent amoureux de la technologie

Un dernier sondage sur la télémédecine montre que la plupart des Français accordent leur confiance …

Réagissez !