LOADING

Type to search

Drones : survols interdits, les méthodes pour les éradiquer

3 années ago
Share

Les drones sont de plus en plus nombreux à trouver des propriétaires et ces engins sont parfois au centre d’un vent de panique.

Drones

Drones

Ces derniers mois, nous avons entendu de nombreux survols de drones enregistrés à Paris, à proximité de l’Élysée ou encore au-dessus des centrales nucléaires. Ce constat n’est pas visible uniquement en France puisque d’autres pays comme les USA sont concernés. Le survol de ces engins pose un véritable problème de sécurité et il faut savoir que près de 2 millions d’exemplaires ont été écoulés. Cela est totalement interdit et le Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale a tenu une conférence de presse.

Des drones déroutés par un brouillage GPS

Les drones se multiplient et il est difficile de les éradiquer, car ces engins se faufilent et aujourd’hui, il n’y a aucune méthode le permettant. Toutefois, le gouvernement a émis des idées comme un canon à eau ou encore un brouilleur. Cette première technique semble toutefois mise de côté selon une précision de Challenges, car les méthodes se concentreraient davantage autour du brouillage GPS. La localisation des drones est également importante et plusieurs projets voient le jour. L’un d’eux est baptisé Boréades et il est mis en place par CS. L’objectif consiste à les localiser avec un capteur optique.

Développement des méthodes pour stopper les drones

Lorsque les drones auront été repérés, il faudra passer à l’étape de l’éradication. Cette dernière consiste à rendre inopérant l’appareil en utilisant le concept du brouillage. Dans ce cas de figure, l’engin continue sa route, mais son chemin est perturbé et il est donc éloigné de son objectif premier. En parallèle, les méthodes pourraient se rapprocher d’une prise de contrôle. Cette dernière serait efficace, car elle permettrait de forcer l’engin à atterrir. Dans tous les cas, les chasseurs de drones fleurissent, et cela à cause des incidents enregistrés par le SGDSN. Selon Sciences et avenir qui relaye les statistiques, il y en a eu 68 et 8 concernaient les sites militaires.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *