LOADING

Type to search

Free Basics : l’Inde dit non à Facebook et opte pour la suspension

2 années ago
Share

L’initiative de Facebook ne semble pas avoir convaincu l’Inde qui renonce à Free Basics. Mark Zuckerberg tente par tous les moyens de s’expliquer, mais les autorités compétentes restent sur leurs positions.

Facebook développé par Mark Zuckerberg entre autres n’est pas seulement un réseau social, car il est au centre d’une vaste société. Celle-ci a donc donné le jour il y a quelques années à Free Basics, mais l’Inde vient de prononcer un non ferme et la décision ne devrait pas changer si Mark Zuckerberg ne modifie pas ses pratiques. Il lui est reproché de privilégier certains services, de rendre payant d’autres et de délaisser des plateformes.

L’Inde ne veut pas du Free Basics de Mark Zuckerberg

De ce fait, les habitants auraient via Free Basics uniquement les services proposés par Facebook. En Inde, les autorités vantent les mérites de l’internet avec un accès libre, mais pas dans les conditions dans lesquelles il est proposé par Mark Zuckerberg. Ce n’est pas la première fois qu’il est la cible de critiques. Free Basics était auparavant baptisé Internet.org. Pour mettre en avant une totale transparence, il avait été décidé de changer le nom en proposant toujours les mêmes services considérés comme de première nécessité. L’Inde ne veut rien entendre et campe fermement sur ses positions et la suspension a été décidée.

Le concept de Free Basics ne fait pas l’unanimité en Inde

Mark Zuckerberg assure qu’il ne met pas en avant ses services et il ne fait aucun bénéfice dans cette affaire. Il a seulement signé des partenariats pour proposer davantage de services dans Free Basics qui sont disponibles dans trois catégories : éducation, information et santé. Toutefois, un critère observé par les autorités compétentes ne plait pas. Les personnes qui n’ont pas les moyens de payer ont un accès à Free Basics classique, mais ceux qui souhaitent débourser une certaine somme ont la capacité de jouir d’un catalogue plus vaste.

Facebook, Pixabay – PeteLinforth

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *