Accueil / High-Tech / Free vs Netflix : le PDG ne veut pas faire comme tout le monde

Free vs Netflix : le PDG ne veut pas faire comme tout le monde

Free et Netflix ne connaîtront pas une belle histoire de partenariat puisque le FAI a décidé de ne pas rejoindre Orange et Bouygues Telecom.

Freebox
Freebox

Netflix a la cote, mais Free n’en veut pas pour ses services. Les abonnés à la Crystal ou à la Revolution ne doivent pas s’attendre à bénéficier du contenu du géant américain puisqu’il ne sera pas disponible dans l’immédiat (cela évoluera peut-être dans le futur). Avant le lancement officiel de Netflix, les opérateurs avaient refusé d’intégrer le contenu, car les conditions financières n’étaient pas celles escomptées. Toutefois, Bouygues Telecom a été le premier à faire connaitre son nouvel avis et il a été suivi par Orange.

Free fait connaitre sa décision concernant Netflix

Contrairement à Free, Stéphane Richard, le PDG d’Orange a justifié ce revirement en révélant que le FAI voulait offrir le panel le plus important aux abonnés qui ne doivent pas être pénalisés. La décision de Free a été annoncée à l’occasion d’un tour de table réalisé par l’ARCEP, le PDG de ce fournisseur d’accès à Internet réputé pour casser les prix, Max Lombardini a révélé que Free n’avait pas l’intention de « se coucher tout de suite devant Netflix ». Le FAI ne souhaite donc pas faire comme tout le monde, car il devrait rester fidèle à sa politique. En effet, Free a tendance à examiner le secteur en étudiant les points faibles et les avantages puis il dévoile sa proposition.

Pour Free, il n’y aura pas de Netflix ni d’Android

Avec Netflix, Free devrait donc jauger l’accueil réservé pour ce contenu et savoir s’il est vraiment nécessaire de l’intégrer. Il y a également un autre domaine où Free n’a pas l’intention de faire comme les autres et il s’agit du système d’exploitation. En effet, Bouygues Telecom et SFR ont l’intention de dévoiler une box numérique sous Android, mais Max Lombardini a une nouvelle fois été dans le sens contraire en révélant que cette idée n’était pas la bonne, car « cela laisse les clés » à la firme de Mountain View. Cette dernière aurait ainsi la chance de mettre en avant son contenu comme sa plateforme YouTube.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !