Accueil / High-Tech / Grand nettoyage approprié de l’espace : le Japon met en orbite un engin dans cette optique

Grand nettoyage approprié de l’espace : le Japon met en orbite un engin dans cette optique

Le lancement a été pleinement réussi pour un insolite, car inédit, engin de nettoyage des débris spatiaux, dont nous allons pouvoir suivre maintenant les péripéties dans l’espace ! Ce dernier est le fruit louable d’une conception 100% japonaise, qui a de plus été lancé depuis l’archipel nippone, plus précisément depuis l’île de Tanegashima, à 14h30 (heure de Paris), ce vendredi 9 décembre 2016.

La Terre

Il était précieusement attaché à un vaisseau, dont l’objectif premier était le ravitaillement de l’ISS (ou de façon moins brève « International Space Station », et si nous francisons le terme par souci de clarté, « Station Spatiale Internationale »), mise en orbite terrestre, le 20 novembre 1998, et occupée en permanence par un équipage sans cesse renouvelé, pour des investigations diverses.

Une mise en orbite réussi du vaisseau japonais « Kounotori 6 », première étape avant sa mission de délester progressivement une ceinture de déchets, anneau sans majesté, épousant notre Terre

Le vaisseau appelé « Kounotori 6 » (« cigogne » dans un japonais pour le moins poétique) a été lancé par une fusée H-IIB. Sans fanfaronner de manière exagérée, les équipes dévouées à une pleine réussite de ce projet ambitieux, n’ont pas boudé du tout leur plaisir, avec une mise en orbite réussie de ce satellite, entièrement dédié à être d’une utilité salubre justifiée. L’engin mérite, en effet pleinement son qualificatif de premier collecteur de débris spatiaux, sans aucun précédent recensé, sans le moindre rival actuellement, et de ce fait, totalement innovant. Il répond à une nécessité de débarrasser la Terre, qui est entourée d’une véritable ceinture de déchets, dues à une conquête de l’espace longtemps loin d’être pacifique ou collaborative, comme de nos jours : des collisions pléthoriques (des centaines pour être plus précis), entre engins en activité et déchets inutiles, illustrent la tâche immense, qui incombe à ce vaisseau, paré pour être affûté.

Grâce aux ondes électromagnétiques et un vaste filet sensible à ces dernière, l’engin devra rapprocher au maximum de notre Terre, les déchets pour une désintégration dans l’atmosphère

L’engin est destiné, mu par une force motrice appropriée, à déplacer des pans de satellites, de fusées, et de tous les autres débris, que l’homme a, trop longtemps dispersé, dans sa quête éprise des étoiles. Mais comment procéder de façon as hoc : sa programmation, pouvant être bien sûr remaniée à distance, est purement et simplement d’épurer notre poubelle spatiale, en rapprochant au plus près de notre atmosphère, avec l’objectif désiré,que tout ce qui est obsolète, se consume, en plongeant dans ce dernier. L’outil spécifique qui sera utilisé, à bon escient, et élaboré pour être efficient, est un câble « électrodynamique », véritable filet de pêche spatial et spécial. Il se compose de filaments d’acier et d’aluminium. L’électricité produite par ce filet quand il ondule dans le champ magnétique de la Terre, devrait, somme toute logique, freiner la course des déchets, et leur faire amorcer une descendre progressive, pour éviter un impact terrestre direct.

La Terre, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !