Accueil / High-Tech / Le feu rouge à respecter de la gendarmerie : pas de photos de vos enfants sur Facebook !

Le feu rouge à respecter de la gendarmerie : pas de photos de vos enfants sur Facebook !

Un nouvel hashtag fait fureur en France depuis plus semaines. Il se présente ainsi : « Si tu es fière de tes enfants, poste 3 photos et nomine 10 de tes amies pour faire pareil! #Fièredêtremaman. » Cette chaîne, brisant l’intimité familiale, dans laquelle chaque participante passe le relais à plusieurs connaissances, enflamme les réseaux sociaux. On peut même parler de phénomène virtuellement contagieux tellement il est suivi en masse. Ceci n’est pas du goût de tout le monde, notamment de la Gendarmerie nationale française, qui n’a pas manqué de réagir, fin février, par l’intermédiaire d’un communiqué pour alerter les parents sur cette mode dangereuse, liée au fait de poster de façon virale ou même avec parcimonie des photos nuisibles pour leur progéniture.

Le fait de surexposer des photos de vos enfants sur Facebook les expose à des dangers à ne pas sous-estimer

Il y a une certaine forme de perversité, plus ou moins explicite, qui accompagne -ce que ne mesurent pas pour la plupart les parents- les photos envahissant albums et murs, en particulier sur le réseau social qui est leader dans le monde, c’est-à-dire Facebook. L’enfant peut ainsi en pâtir à l’avenir avec une douleur qui se décline de façon protéiforme : moqueries et humiliations à l’école mais pire encore dans l’échelle de l’horreur, le vol inqualifiable de vos photos détournées par des prédateurs sexuels qui s’en servent pour alimenter les réseaux pédophiles et aussi – c’est une éventualité plausible- pour localiser leurs proies éventuelles en cas de pulsions étant chez eux incontrôlables. Il ne faut surtout pas mettre les images de vos chérubins en mode « partage public » car tout le monde peut alors y avoir un accès pouvant s’avérer malsain et les utiliser à des fins loin d’être louables comme nous l’avons souligné plus haut. Le consentement de l’enfant, s’il est en âge de l’émettre, doit être respecté. Prudence est mère de sûreté.

Une mauvaise idée pouvant pénaliser lourdement l’avenir de vos enfants et jouer de plus sur leur vie d’adulte

Il ne faut pas oublier également que le net se souvient de tout. Ainsi les parents si fiers de leurs enfants et souhaitant les mettre en avant à la vue du plus grand nombre, sont inconscients au fait risqué qu’ils participent à la création de leur « histoire numérique ».  Un enfant, devenu adulte, ne verra pas forcément d’un bon oeil, le fil virtuel de sa vie tissé au départ par ses parents, et osons-le avec une forme d’exhibitionnisme notoire, s’assimilant à ce qui peut s’apparenter à une atteinte à la vie privée voire également à un droit à l’image qui n’est pas respecté. Une fois postée, une photo est très difficile à retirer de la libre circulation des images d’autant plus si elle a été partagée en nombre par des tierces personnes. Sommes-nous tous englués dans cette toile d’araignée, que nous croyons maîtriser mais dont nous sommes le jouet, qu’est le web ? Toute photo est en général publiée sur Facebook, qui s’avère être le réseau social privilégié, de part sa visibilité le rendant si populaire, avec 30 millions d’utilisateurs en France en 2015.

Facebook, Pixabay – Pixelkult

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !