crypto devises

Les crypto devises au sein des géants de la technologie

Depuis ses débuts en 2008, le marché des crypto-monnaies a connu des hauts et des bas. La hausse vertigineuse de la valeur du bitcoin a d’abord poussé les traders à lourdement investir dans les crypto-monnaies et les start-up high tech à imiter le concept en développant des technologies en chaine de bloc toujours plus nombreuses et plus innovantes. A partir de 2016, les cours des devises cryptographiques semblaient battre de l’aile et on accusait ces monnaies alternatives de n’être que des bulles spéculatives sur le point d’éclater. Pourtant, trois ans plus tard, les Bitcoin, Litecoin, Ripple et leurs acolytes reprennent du poil de la bête, cette fois-ci de manière plus stable et progressive avec le soutien de plusieurs groupes technologiques et financiers prometteurs.  

Forts de cette renaissance et du potentiel technologique et commercial de ces devises non régulées par les banques centrales, les géants de la technologie ont bien fait de déclarer les devises cryptographiques et les applications de la chaine de blocs comme un représentant du futur du trading et du monde moderne. De fait, les applications pratiques et transactionnelles de ces devises apparaissent rapidement sur tous nos appareils, et les grandes marques sont confrontées à la décision d’accepter ou non les échanges financiers en crypto-devises. 

Facebook – C’est par le biais de sa plateforme de discussion WhatsApp que le numéro un mondial du réseau social a franchi le pas. En effet, le groupe annonçait ce mois-ci la mise en circulation du robot Lite.Im, opéré par les développeurs Zulu Republic et qui permettrait aux 1,5 millions d’utilisateurs de WhatsApp d’échanger des Bitcoins (BTC) et des Litecoins (LTC) sans l’intervention de leur banque. De son côté, Mark Zuckerberg a laissé entendre que le groupe prévoyait de lancer sa propre crypto-monnaie, probablement d’ici la fin 2019. Loin de se limiter aux réseaux sociaux, ce nouvel acteur du marché de la chaine de bloc serait déjà en pourparlers avec Visa et Mastercard, ainsi que des douzaines d’autres sociétés de commerce en ligne. Les analystes estiment pourtant que ce nouveau Facebook Coin (qui pourrait s’appeler Libra) serait plutôt en concurrence avec le dollar et les autres monnaies du Forex plutôt qu’avec les devises cryptographiques. 

Ebay et Paypal – De leur côté, le géant de l’enchère en ligne eBay et l’organisme bancaire en ligne Paypal sont moins pressés. Malgré la fuite sur Twitter d’affichettes supposées annoncer qu’eBay envisageait d’accepter les transactions en Bitcoins, le groupe nie la rumeur et confirme que le règlement en cryptodevises n’est absolument pas prévu pour le moment. 

Moins catégorique, Paypal admet que les technologies en chaine de bloc sont à l’étude, mais que la haute volatilité de ces devises est un obstacle encore trop important. Le groupe se contente pour le moment d’apporter son soutien à la technologie de base par des investissements choisis, comme celui qu’il vient de confier à la start-up Cambridge Blockchain pour le développement de son logiciel d’identification numérique basé sur la chaine de blocs.

Certes, les devises cryptographiques et surtout les technologies dites en blockchain font aujourd’hui partie intégrante de l’avenir des marchés de la finance et de la technologie mais, à en croire certains organismes aguerris, la prudence reste de mise quant au choix de vos investissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *