Accueil / High-Tech / L’usage des téléphones portables s’est banalisé dans les hôpitaux

L’usage des téléphones portables s’est banalisé dans les hôpitaux

Les mobiles nous suivent partout, malgré les recommandations de la loi de 1995 spécifiant que les téléphones portables nuisent au bon fonctionnement des dispositifs médicaux, leur usage s’est pourtant ces dernières années banalisé au sein des établissements de santé. Les patients, les visiteurs, les professionnels de santé ne respectent pas la circulaire. Afin de sensibiliser sur les risques potentiels de perturbations électromagnétiques, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement, du travail (ANSES) a émis en tout début de semaine un avis sur le sujet.

Un Smartphone

Les Smartphones susceptibles de provoquer des problèmes

Personne ne peut ignorer les petites affiches présentes au sein de tous les hôpitaux préconisant d’éteindre son portable. L’ANSES met en évidence que l’interdiction complète devrait être remise au gout du jour en instituant des zones d’usage autorisé, limité, interdit. Il faut s’abstenir d’utiliser son smartphone à proximité d’appareils médicaux, l’agence tient à rappeler que les personnes ayant des implants cardiaques, des simulateurs peuvent avoir des dommages sur le bon fonctionnement de leur appareil, le téléphone portable peut déprogrammer un pacemaker. Le patient doit toujours garder une distance d’au moins 20 centimètres entre son mobile, son implant.

Les mobiles sont à l’origine d’interférences dans les hôpitaux

Il est important de signaler que les ondes électromagnétiques émises par les smartphones sont susceptibles de perturber le bon fonctionnement des dispositifs cardiaques, entraîner des syncopes. Les interférences sont possibles, elles peuvent être potentiellement graves lorsqu’elles sont constatées. Le téléphone portable est de plus en plus présent dans les salles d’opération. Certains incidents ont été constatés aux États-Unis, en France, aucune anomalie de ce genre n’a été observée, mais, malgré l’interdiction de 1995, cette loi n’est guère respectée dans notre pays.

Les mobiles ont beaucoup plus de bactéries que les WC

Outre le problème d’interférences, la question se pose aussi vis-à-vis de l’hygiène. Une étude britannique publiée en 2010 insistait sur les réels dangers que représentaient l’usage des smartphones dans les hôpitaux via les microbes qu’ils véhiculent, staphylocoques dorés, salmonelles, streptocoques… 500 fois plus de bactéries qu’un siège de WC.

Un Smartphone, Pixabay – Unsplash

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Ordinateur

e-santé : les Français tombent amoureux de la technologie

Un dernier sondage sur la télémédecine montre que la plupart des Français accordent leur confiance …

Réagissez !