Mars est une planète hospitalière pour la culture d’aliments comestibles

Mars ne cesse de nourrir nos fantasmes les plus fous et projections futuristes nombreuses. Si certaines spéculations sont abracadabrantes, il semblerait que la planète rouge soit à même de nous pourvoir en termes de nourriture (de radis, de petits pois, de seigle et de tomates). C’est du moins ce qui émane d’une recherche, déployée sur des imitations de sol martien, et qui a porté ses fruits bénéfiques, ce qui est de très bon augure. Autre bon point : les aliments cultivées ne contiennent pas de quantité dangereuse de métaux lourds, a indiqué dans un communiqué la société « Mars One », qui est à l’origine d’un projet de colonisation de Mars, secondée d’une équipe de chercheurs de l’université de Wageningen (Pays-Bas).

Mars

Mars ne nuit pas à la croissance des fruits et légumes dans un cadre reconstituant son sol à la quasi-perfection sur Terre grâce à la NASA

La terre « martienne » est conçue à partir d’ersatz de sols lunaire et martien constitués de terres issues d’un désert d’Arizona, au sud-ouest Etats-Unis, et d’un volcan à Hawaï. Les recherches entamées dès  2013, par le chercheur Wieger Wamelink, ont été riches de rebondissements, et se sont révélées, à la hauteur de son investissement personnel et en tant qu’affilié à la société « Mars One ». Le cresson, des radis et du seigle ont constitué le trio de tête des premières plantes ayant émergé de ses travaux. Une expérience, lancée dans la foulée, a abouti à un résultat que nul n’avait espéré : les plantes semées, à savoir des tomates, des légumineuses et des plantes sauvages, se sont épanouies avec adaptabilité au sol martien reconstitué, grâce également à la NASA, qui a contribué à ce jardin sans pareil sur Terre.

Des légumes consommables et une présence en métaux lourds qui ne sont pas si inquiétants si culture martienne il y a dans le futur

Restait toutefois la question incontournable à laquelle Wieger Wamelink a répondu par l’affirmative : ces légumes sont-ils propres à la consommation pour l’homme ? En effet, comme parfois sur la Terre, la sol martien contient des métaux lourds qui, inoffensifs pour la croissance des plantes, peuvent être des plus néfastes pour la santé humaine, voire se révéler létaux, ce qui méritait et mérite une certaine réflexion. 4 des 10 espèces actuellement cultivées dans les serres ultra-novatrices de l’université pour une troisième expérience, riche encore en crédibilité pour notre santé, ne contiennent pas de niveaux dangereux d’aluminium, de zinc, d’arsenic ou encore de fer et sont « consommables sans risques ». La question qui doit vous brûler les lèvres est devinable : à quand enfin une grande première sur Mars ?

Mars, Wikimédia – NASA/JPL-Caltech

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Mobile

Addiction : un jeu mobile provoque la perte de son œil à cause d’un abus

Après avoir joué au jeu King of Glory sur son smartphone pendant de nombreuses heures …

Un seul commentaire

  1. Correction : le sol martien* . Pas Mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *