Rendez-vous est pris avec les hologrammes bluffants de quatre stars défuntes de la chanson française

Une première mondiale, au rendu impeccable, pour un show bluffant inaugure la résurrection, grâce à des hologrammes, de quatre artistes majeurs de la chanson française, partis trop tôt, le plus souvent alors qu’ils étaient en vogue, et surfaient sur la vague du succès. Présents, aussi bien dans les charts, en concerts, ou encore, nous concernant, à la télévision, Claude François, Dalida, Mike Brant, et Sacha Distel, signent ainsi un retour futuriste, dans l’émission, emblématique de toute une époque, à savoir « Hit-Parade », née à l’initiative de Clo-Clo.

Hologramme

Quatre stars emblématiques des années 70, ressuscitées comme par magie, se produiront très bientôt, sous forme d’hologrammes, au Palais des Congrès de Paris

Les négociations auraient été âpres avec les ayants droits, mais la magie va enfin pouvoir opérer. Le spectacle intitulé « Hit-Parade », comme nous l’avons évoqué plus haut, s’offre carrément le Palais des Congrès de Paris, dont la capacité d’accueil est prévue pour  plus de 3 700 personnes simultanément. « Hit-Parade » est programmé du 12 au 29 janvier 2016. Modélisés sur ordinateurs puis projetés sur grand écran sous la forme d’hologrammes, Dalida (morte à 54 ans), Claude François (mort à 39 ans) , Mike Brant (mort à 28 ans) et Sacha Distel (mort à 71 ans), vont assurer un maximum et nous en mettre plein la vue. Notons que le spectacle n’est pas uniquement virtuel, puisqu’une vingtaine de personnes, d’horizons artistiques différents, feront partie intégrante d’une scénographie recherchée.

Les coulisses de l’enregistrement de l’émission « Hit-Parade » sont le cadre fictif où vous pourrez retrouver Mike Brant, Claude François, Dalida, et Sacha Distel

Faire revivre l’enregistrement d’une émission de télévision en 1974, (année charnière, où après une décennie de règne sur le petit écran, l’ORTF allait passer le relais à une liberté d’expression débridée, et non plus muselée) est un pari fou, mais relevé avec brio. Nous souhaitons, que le public honorera ce rendez-vous nostalgique, pour ne pas dire -osons le néologisme- « nostalgeek » (de par les artistes, curieusement conviés, sous forme d’hologrammes). Tout le décor est également le reflet, certes kitsch, mais culte, de la décennie propre aux années 70, haute en couleurs qui flashent, et au design revenant au goût du jour. Mais ce sont, bien évidemment, le rendu visuel, et bien sûr la qualité sonore, de tubes comme « Paroles paroles », ou encore « Alexandrie Alexandra », qui sont attendus, avec impatience. Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter ce lien.

Hologramme, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Mobile

Addiction : un jeu mobile provoque la perte de son œil à cause d’un abus

Après avoir joué au jeu King of Glory sur son smartphone pendant de nombreuses heures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *