Accueil / High-Tech / Rosetta : la comète ne sent pas la rose, mais l’oeuf pourri et l’écurie

Rosetta : la comète ne sent pas la rose, mais l’oeuf pourri et l’écurie

Rosetta doit étudier la comète et quelques surprises ont été au rendez-vous. Elle ne sent pas la rose et il est possible de s’y projeter facilement.

Rosetta
Rosetta

Les passionnés d’astronomie n’ont pas l’occasion de découvrir la comète étudiée par Rosetta, mais la sonde propose quelques indices pour tenter de les transporter virtuellement jusqu’à elle. Il faut donc fermer les yeux et sentir un œuf pourri ainsi que l’odeur dégagée par une écurie. À ce stade, les internautes pourront ainsi imaginer la senteur proposée par la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Il faut noter que cette étude a pu être réalisée puisque Rosetta a désormais atteint son premier objectif, celui de se placer autour de la comète.

Rosetta découvre une senteur insolite pour la comète

Rosetta est dotée de plusieurs équipements et elle a pu grâce à l’un d’eux obtenir des indices concernant la senteur dégagée. Lors de la première phase d’étude, elle a constaté que la comète proposait du monoxyde de carbone, de l’eau, du dioxyde de carbone, du méthanol ainsi que du méthane. En poussant les investigations, Rosetta a eu l’opportunité de constater qu’elle dégageait de l’ammoniaque assimilée selon la responsable Kathrin Altwegg à une odeur d’écurie. Il y avait également de l’hydrogène sulfuré qui fait référence à un œuf pourri. Rosetta a enfin détecté une « odeur âcre, suffocante du formaldéhyde » selon NBC News. L’analyse pourrait être plus performante dès le 12 novembre, date à laquelle elle enverra, Philae, un petit robot qui étudiera davantage la comète.

Des senteurs intéressantes obtenues grâce à Rosetta

Aux premiers abords, les senteurs sont assez désagréables, mais pour les équipes qui pilotent le projet Rosetta, ils ont un réel intérêt. D’un point de vue scientifique, la comète s’avère être très intéressante puisque les experts pourront ainsi en apprendre davantage sur les matériaux du système solaire. Grâce à une nouvelle étude, il serait également en mesure d’obtenir des informations pertinentes sur l’origine de la vie et la formation de la planète bleue.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !