Accueil / High-Tech / La botanique en orbite est possible : la première fleur de l’espace a éclos

La botanique en orbite est possible : la première fleur de l’espace a éclos

Dans le cadre d’un projet de culture comestible dans l’espace (appelé VEGGIE), les astronautes de la Station spatiale internationale (plus connue de façon abrégée en anglais sous les trois initiales suivantes : ISS) ont été les témoins privilégiés en direct d’un fait rarissime qui est une première dans l’expérimentation botanique en orbite et en dehors de l’atmosphère terrestre : l’éclosion d’une fleur qui a ouvert ses pétales sous leurs yeux émerveillés ! Elle répond au doux nom poétique de Zinnia et est porteuse d’espoirs, quant au développement, aux frontières de l’imaginable, de la vie végétale.

Un essai réussi qui est une porte ouverte pour d’autres succès

Après bien des tentatives infructueuses, qui n’ont jamais atténuer sa persévérance sans bornes, enfin récompensée, l’équipage jardinier peut se réjouir et il y a de quoi comme en témoigne la photo accompagnée d’un commentaire débordant d’enthousiasme de la part de l’astronaute américain Scott Kelly via un post sur son compte Twitter. Nous ne résistons pas à vous faire partager son bonheur : »La première fleur de l’espace fait ses débuts ! » a -t-il écrit avant d’ajouter : « Oui, il y a d’autres formes de vie dans l’espace ! »

Les astronautes ne comptent pas en rester là (ce qui est, soulignons-le encore, déjà une immense prouesse biologique). Ils ont pour objectif désormais fixé, toujours dans le cadre du projet VEGGIE et en partenariat avec la société ORBITEC de passer au stade des végétaux comestibles : des choux chinois pour débuter puis des tomates naines à l’horizon 2018. Les pommes de terres martiennes, qui ne s’inscrivent pas encore dans le champ des possibles, pour l’instant du moins, en sont au stade de la science-fiction.

Une volonté affirmée d’auto-suffisance alimentaire désirée

L’objectif est bien sûr d’arriver à moins solliciter les ravitaillements terrestres et dans l’idéal, certes lointain, d’arriver un jour, à un stade d’auto-suffisance alimentaire qui serait le fruit vertueux d’un travail riche en divines surprises (la prouesse est humaine mais j’emploie l’expression consacrée) telle cette éclosion d’une des vingt variétés de Zinnia effleurant la magnificence. L’idée d’une serre spéciale et adaptée est adoptée et verra le jour avec des atouts spécifiques comme les qualités d’être portative ou légère.

Notons d’ailleurs que la zinnia elegans (la botanique et le latin, à l’origine de toutes les appellations, sont fortement liés et ce depuis la naissance millésimée de cette auguste science des plantes) est comestible : mais nous sommes entièrement sûrs que les astronautes prendront le soin exclusif de la savourer avec des yeux admiratifs. C’est un peu comme leur propre bébé qui vient de naître et vis-à-vis duquel ils portent la plus grande attention qui soit. VEGGIE est désormais un projet prometteur sur sa lancée.

Station Spatiale Internationale, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Terre

La Terre est en danger, va t-elle encore pouvoir nous héberger longtemps dans de bonnes conditions ?

Le réchauffement climatique est de plus en plus d’actualité. On assiste à des bouleversements très …

Un seul commentaire

  1. On dit UN Zinnia mais pas Une …

Réagissez !