Accueil / High-Tech / Zones blanches : les opérateurs 2G/3G collaborent pour la couverture

Zones blanches : les opérateurs 2G/3G collaborent pour la couverture

Les zones blanches sont au centre des attentions des opérateurs qui ont décidé de procéder à une collaboration pour la couverture.

Antennes pour les mobiles
Antennes pour les mobiles / Crédit Photo : Wikimédia – Pyb

Dans le monde des mobiles, la couverture relève d’une importance élevée notamment pour les zones blanches, car elle permet aux utilisateurs d’utiliser leur appareil. Par conséquent, le gouvernement souhaite optimiser l’expérience utilisateur que ce soit à l’intérieur de l’habitation ou à l’extérieur du logement. Emmanuel Macron a donc décidé de rassembler les communes qui estiment que la couverture du réseau n’est pas optimisée. Pour l’instant, aucune liste concernant les villes concernées n’a été partagée, mais la collaboration entre les opérateurs semble nécessaire.

2017 signerait la fin des zones blanches pour la 2G et la 3G

D’ici quatre années, 800 zones qualifiées de prioritaires verront la qualité de leur réseau augmenter, car elles ont une certaine proximité avec le tourisme ou des activités. Cette collaboration s’articule autour de la couverture 2G qui a quelque peu été laissée de côté à cause de l’arrivée des nouvelles technologies et des performances accrues. Aujourd’hui, il est difficile de penser que certaines villes sont dépourvues de connexion en matière de 2G et pourtant c’est une réalité. Pour l’instant, le gouvernement s’est focalisé sur 160 communes, mais le nom n’a pas été transmis. Les quatre opérateurs ont donc décidé d’améliorer de manière significative le réseau 2G d’ici 2016.

Les zones blanches 2G et 3G concernent 2360 communes

D’ici la fin 2017, le gouvernement se sera également attardé sur la 3G qui est un peu moins délaissée, mais qui reste tout de même concernée par des zones blanches. Free mobile, Bouygues Telecom ainsi que SFR et Orange se sont donc lancé un défi de taille alors que la 4G et la 4G+ continuent de se déployer de manière plus ou moins significative sur le territoire. Le gouvernement souhaite que les habitants puissent bénéficier d’un certain degré de confort en matière de téléphone mobile, ce qui est actuellement impossible, car près de 2360 communes seraient privées de réseau 2G/3G.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Dépression

Google vous apporte son aide pour diagnostiquer une dépression

Les internautes américains pourront via un questionnaire détaillé évaluer la sévérité de leurs symptômes. Il …

Réagissez !