Tremblement de terre

La terre a tremblé de nouveau dans le sud-ouest de la France

Depuis le 20 mars dernier, deux séismes de faible intensité ont eu lieu dans le sud-ouest de la France en Charente-Maritime, le premier de 4,9 et le second de 3,6 sur l’échelle de Richter. Cette activité sismique soulève bien des interrogations dans la région. Selon les sismologues, la Nouvelle Aquitaine est une zone de faible intensité, c’est d’ailleurs selon leurs dires l’une des plus stables de France.

Est-ce le présage d’un séisme plus puissant ?

Depuis le début de l’année 2019, plus de 25 séismes ont été enregistrés par le bureau central sismologique français. On recense dans notre pays plus de 2500 séismes chaque année et seulement une quinzaine sont ressentis par la population. On le ressent lorsque la magnitude dépasse les 1,8. Cela dépend également de l’épicentre et de la profondeur de la secousse. Selon les propos d’experts, ces séismes ne seraient pas le présage d’un tremblement de terre beaucoup plus dévastateur, car nous n’avons pas comme en Californie de faille de cette taille. En France, les zones les plus sensibles se trouvent dans les Pyrénées, les Alpes, dans la plaine d’Alsace entre la Suisse et l’Allemagne. En 1909, un séisme de 6,2 avait été enregistré à Lambesc dans les Bouches-du-Rhône. Il avait détruit plus de cinq villages et tué plus d’une cinquantaine de personnes.

Où frappera le prochain séisme ?

Depuis le 22 octobre 2010, la France dispose d’un nouveau  zonage sismique. Vous pouvez vous rendre sur le site internet georisques.gouv.fr pour connaître la zone sismique de votre commune. Chaque jour, même si nous n’en avons pas conscience, le sol tremble. C’est un phénomène normal dû aux mouvements des plaques tectoniques de la terre. Ces dernières bougent, se déplacent, se chevauchent, se séparent. Cela crée des séismes lorsque des masses rocheuses se cassent brutalement. La France n’échappe pas à la règle, c’est une zone à risque dans son ensemble, mais en fonction du lieu, elle n’est pas classée sur la même échelle. Les séismes peuvent causer d’importants dégâts. Celui du 5 avril dernier est sans doute une réplique de celui qui a eu lieu le 20 mars, il avait été ressenti jusqu’à Bordeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *