Accueil / Actualités / L’hépatite C recule en France, une bonne nouvelle

L’hépatite C recule en France, une bonne nouvelle

Cette maladie faisait déjà partie de celles qui se développaient assez rarement dans notre pays, mais selon une toute nouvelle étude parue dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) édité par santé publique France, la tendance de l’évolution de cette maladie serait à la baisse.

L’hépatite C ne bénéficie pas de vaccin

C’est très encourageant, car en 2011 plus de 192.000 personnes étaient positives à l’hépatite C et le recul est encore plus significatif chez les usagers de drogues injectables, mais cette population reste tout de même la plus concernée par cette maladie soit plus de 29% de dépistés positifs. Les auteurs de cette étude incombent cette tendance à la baisse à des dons de sang davantage sécurisés.

Le virus de l’hépatite C a été identifié en 1989 comme étant l’agent majeur des hépatites post- transfusionnelles. La maladie survient après une incubation de 6 à 10 semaines, les symptômes principaux sont fatigue, nausées. Le virus se transmet principalement  par voie sanguine, transfusion, utilisation de drogues par seringues, transplantation d’organes. Il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin pour s’en protéger.

Plus de 3 millions de personnes infectées

À moins qu’un dépistage ne soit réalisé que de façon fortuite, l’infection de l’hépatite C n’est généralement diagnostiquée que tardivement, lorsque la maladie est devenue chronique, car elle progresse silencieusement. Les traitements actuels sont encourageants, l’Organisation mondiale de la Santé estime tout de même que dans le monde 3 à 4 millions de personnes sont nouvellement infectées par ce virus.

Les infections par l’hépatite C en France sont rares

0,53% en 2004 de la population était concernée, en 2011, les personnes positives ne sont plus que 0,42%. Il demeure tout de même un problème, l’accès aux soins pour les migrants reste très compliqué, plus de 1,83% ont été dépistés positifs à l’hépatite C. Une étude du BEH démontre que cette population est particulièrement sensible au virus, car les conditions économiques, la barrière de la langue sont des facteurs aggravants, seulement 5% des patients qui ne parlent pas le français ont pu avoir recours à un interprète.

Très attendu par le monde associatif, le test TROD de l’hépatite C devrait être disponible en Mai, ce dépistage sera gratuit dans toutes les structures de prévention, les associations, les centres de soins.

Laboratoire, Pixabay – DarkoStojanovic

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Chirurgie

Compresses dans le ventre pendant 9 ans, une patiente surprend la toile

Une patiente a découvert lors d’examens médicaux que dans son ventre se trouvaient deux compresses …

Réagissez !