LOADING

Type to search

Drogue au volant : les tests salivaires sont confirmés par le sénat

2 années ago
Share

Les tests salivaires sont désormais validés en cas d’infraction de conduite. Le sénat vient de les autoriser pour détecter la drogue au volant, un système plus simple que les anciennes prises de sang. Les forces de l’ordre lors de la constatation des infractions de conduite pourront désormais avoir recours à ce genre de procédure.

Conduire

Conduire / Crédit Photo : Pixabay – SplitShire

Cette mesure faisait partie du projet de loi de santé mis en place par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Le Sénat a adopté jeudi les tests salivaires à la place des prises de sang, la procédure sera de ce fait simplifiée pour la police ou la gendarmerie en cas d’infraction au Code de la route et même en présence d’accidents plus ou moins graves sous l’emprise de stupéfiants. Jusqu’à maintenant, la police devait après un premier test salivaire faire pratiquer une prise de sang en laboratoire et confier l’analyse à des services d’urgence, la procédure prenait plusieurs heures et surtout elle encombrait les urgences déjà bien occupées à d’autres tâches.

Les tests salivaires ont réussi la première phase du test

Le test salivaire se fera en double, le premier consistera à passer un coton-tige dans la bouche du conducteur, si celui-ci se révèle être positif, un deuxième test sera alors effectué de la même manière pour valider le premier et éviter toute contestation. L’IRCGN, l’institut de recherche criminel de la gendarmerie nationale et l’institut national de la police scientifique (INPS) vont procéder à l’analyse des prélèvements salivaires. Une avant-première avait été effectuée de décembre 2014 à juin 2015 dans plus de onze départements français, les résultats ont été très concluants. Pour déterminer que cette nouvelle mesure soit fiable à 100%, une expérimentation nationale va être définie pour la comparer avec l’ancienne méthode.

Lutter contre la drogue au volant avec des tests salivaires

L’année dernière, les accidents de la route ont causé de nombreux morts, un conducteur ou un piéton sur deux a été contrôlé positif aux stupéfiants, 130.000 dépistages ont eu lieu en 2014. Toutes les drogues, cannabis et médicaments compris sont des substances très dangereuses lorsque l’on prend le volant, l’automobiliste perd tout contrôle de lui-même, les réflexes sont engourdis et l’accident est inévitable dans la plupart des cas.

1 Comments

  1. Sarah 20 septembre 2015

    Le problème c’est qu’être positif au test salivaire ne veut pas dire être toujours sous l’effet du produit loin de là!
    Vu que les gens peuvent être déclarés positifs 5 jours après avoir fumé un joint, c’est comme si on était toujours positif 5 jours après avoir bu une bière. Donc tout leur statistiques sur les accidents sous cannabis sont faux, puisque les 3/4 n’était plus sous l’emprise du produit.
    Tout ça parce que l’Etat ne prend pas la peine de définir à partir de quel taux ont est réellement sous emprise du produit comme il l’a pourtant fait avec l’alcool. Sous pretexte que le cannabis est illégal, on vous déclare positif à la moindre micro-trace trouvée dans votre organisme. Si on faisait pareil avec l’alcool, 100% de la population française serait à pied, puisqu’avec un seul verre, vous ne pourriez plus conduire pendant une semaine.

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *