Le tuning se définit comme l’art de transformer sa voiture ou sa moto afin qu’elle devienne un modèle unique. Né dans les années 30 en Californie aux Etats-Unis, les premières transformations de voiture sont intervenues pour les faire participer à des courses non officielles ayant lieu le vendredi soir et appelées les « Hot Rod » pour prendre ensuite place dans des courses professionnelles dans les années 50 avant d’être adopté par les milieux du rap et de la communauté hispano-américaine.

C’est autour de 1985 que le phénomène est apparu en France pour être aujourd’hui une véritable culture automobile avec un véritable marché qui emploierait près de 300.000 personnes. Mais que faut-il vraiment connaître du tuning si vous souhaitez démarrer dans ce loisir ?

Des modifications réglementées

Initialement les transformations de véhicule étaient surtout liées à celles du moteur pour le rendre plus puissant et le faire vrombir avec un son bien particulier. Si cela reste toujours d’actualité, les modifications sont essentiellement devenues esthétiques et portent sur des parties bien spécifiques de la voiture.

Il est ainsi facile de reconnaître une voiture tuning lorsqu’elle comporte notamment un aileron, des jantes et un part-choc différents du modèle d’origine, des sièges sur mesure, ou des rétroviseurs plus visibles. Ce qui amusent les passionnés est de rechercher les pièces détachées adéquates pour les transformer ou bien faire réaliser des moulages sur mesure.

Si toutes les fantaisies artistiques sont permises, le véhicule doit toutefois recevoir une homologation de la part de la DRIRE (anciennement service des mines) lorsqu’elles touchent le moteur ou des éléments de sécurité comme les pneumatiques et les suspensions.

La DRIRE peut parfois exiger le changement de carte grise si la puissance du véhicule l’a fait passer dans une catégorie supérieure. Si tel est le cas, il ne faudra pas non plus omettre de déclarer un changement auprès de la compagnie qui assure le véhicule sous peine de se voir dénier la garantie en cas d’accident. Bien sûr cela peut aussi entraîner une hausse de la prime annuelle.

Des axes de transformation différents

Il faut également savoir que le tuning diffère d’un pays à un autre avec des véritables styles bien reconnaissables et portant des dénominations précises comme notamment le Kustom, le pro-touring, le VIP ou encore le Dub qui est une personnalisation haut de gamme.

Ceux qui ne respectent pas les standards voient même leur véhicule se faire dénommer « Jacky ». Si vous entendez un jour que l’on qualifie ainsi votre véhicule vous comprendrez qu’il est considéré comme de mauvais goût et mal réalisé. La « jacky touch » est ainsi une voiture qui a été équipée d’accessoires improbables pour un résultat peu réussi.

Il faut également savoir que certains fans de tuning s’intéressent moins à l’extérieur de leur voiture qu’à l’intérieur. Ils transforment les sièges, rajoutent des gadgets mais surtout ils équipent leur véhicule de matériel audio haut de gamme pour obtenir un son d’une puissance digne d’une salle de concert.

Dans les compétitions, ce type de transformation acoustique est d’ailleurs devenu une catégorie à part entière et la voiture avec la sonorisation la plus puissante a atteint à ce jour 158 décibels.