Accueil / Actualités / Albi : une mère poignarde une institutrice devant les enfants

Albi : une mère poignarde une institutrice devant les enfants

À Albi, c’est un drame qui s’est produit le jour des résultats du Bac 2014 et du dernier jour d’école pour les primaires. L’enseignante est décédée.

Albi dans le Tarn
[/media-credit] Albi dans le Tarn
À Albi, dans le Tarn, il est aux alentours de 9h10 lorsque la mère d’un élève inscrit à l’école Édouard Herriot pénètre dans l’enceinte de cet établissement. Les raisons de cette venue dans l’école ne sont pas connues, mais une enquête permettra peut-être d’élucider ce mystère. Ce vendredi 4 juillet est une date importante pour les lycéens qui découvrent les résultats du bac, mais c’est également le dernier jour pour les écoles primaires et les maternelles.

Une institutrice de 34 ans poignardée à mort à Albi

La mère de cet élève a donc attaqué l’institutrice en la poignardant. Cette dernière était dans un état critique et elle a succombé à ses blessures aux alentours de 11 heures selon une information de RTL. La quadragénaire n’était pas inconnue des forces de l’ordre puisque les enquêteurs l’avaient déjà entendu notamment pour des faits concernant le non-signalement de la disparition d’un mineur et le délaissement d’un enfant de 15 ans. En effet, le journal précise que cette mère de famille était au cœur de cette enquête en janvier 2014. Après le drame, elle a réussi à prendre la fuite alors qu’elle avait poignardé l’institutrice devant les élèves de cette école élémentaire.

resultat_officiels_du_bac

La mère de famille a été interpellée par la police

En parallèle, Benoît Hamon, le ministre de l’Éducation nationale a précisé qu’il se rendait dans la journée sur les lieux du drame. Alertées, les forces de l’ordre d’Albi dans le Tarn ont eu l’occasion de l’interpeller 20 minutes avant ce dramatique fait divers. Placée en garde à vue, la mère de famille devra répondre aux questions des enquêteurs et au vu de la gravité des faits, elle pourrait être mise en examen pour le meurtre de l’institutrice âgée de 34 ans.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Une bactérie

Madagascar : l’épidémie de peste ne cesse de progresser avec désormais 80 morts à déplorer

La peste (essentiellement pulmonaire) se propage d’une façon épidémique particulièrement fulgurante à Madagascar ; le …

3 commentaires

  1. Vous ne vous seriez pas trompé d’article par hasard? vous êtes un peu hors sujet. Ici les causes sont fort probablement toutes autres : ce sont les joies de la société plurielle qu’on avait promis. Et cette cause est la même pour la quasi totalité des faits divers de ce type hélas devenus fréquents.

  2. Jean-Pierre Bernard

    Oui c’est horrible, et toutes mes condoléances à la famille de la victime. Ce drame aurait-il pu être évité ? Eh bien actuellement, peut-être pas, si on compte sur la valeur des traitements psychiatriques : les malades deviennent souvent plus dangereux après avoir reçu les soins psys…qu’avant. Voici un élément qui m’amène à affirmer cela : Depuis l’affaire du Médiator, les langues se délient ! John Virapen est l’ancien responsable du laboratoire Eli Lilly en Suède ; il a écrit le livre « Médicaments effets secondaires : la mort », paru en Français ce printemps. Il y avoue que : « les antidépresseurs provoquent la dépression. » ; « le Prozac : des milliers de suicides et de meurtres » ; « pas la moindre base scientifique à la théorie de la sérotonine » ; « des prescriptions hors autorisations de mise sur le marché » ; « la dangereuse psychiatrisation de l’enfance » ; « la corruption des systèmes de santé et des médecins » ; « les malades sont trop souvent des cobayes ».
    Comment voulez-vous que la société aille bien quand ses responsables veulent cacher leur sale travail avec des paroles humanistes ou médicales ?

  3. Pour que l’information soit complète : cette mère de famille s’appelle Rachida.

Réagissez !