LOADING

Type to search

Face aux messageries type Telegram, l’appli Wease

3 mois ago
Share

Le SMS a été quelque peu délaissé puisque les mobinautes ont une vraie passion pour les messageries. Le monde des entreprises a lui aussi adopté cette technique, ce qui permet de converser aisément avec tous les membres de l’équipe.

Une application simple et sécurisée

Le marché dédié à la messagerie est très prometteur puisque de nouveaux acteurs ne cessent de voir le jour. En 2017 par exemple, une application a été lancée sous Windows 10. Wease Messenger Microsoft a pu convaincre près de 2 millions d’utilisateurs dans le monde entier. Elle tente de se démarquer avec une solution à la fois simple et sécurisée. Elle possède également de vrais points forts :

  • L’inscription est optionnelle, vous n’avez pas besoin d’une adresse mail pour la validation
  • Les messages sont cryptés, ce qui optimise la sécurité
  • Cette messagerie est parfaite pour les particuliers et les entreprises grâce à plusieurs fonctionnalités

La Russie n’apprécie pas le fonctionnement de Telegram

Wease représente donc une solution intéressante alors que, parfois, la concurrence est malmenée. C’est le cas de Telegram qui est dans le collimateur de la Russie. L’application a eu le droit à un ultimatum puisque les services de renseignements russes ont demandé une rupture de la confidentialité. Si aucun accord n’est trouvé, les utilisateurs auront sans doute quelques difficultés, ce qui devrait faciliter la migration vers la concurrence. En effet, les autorités compétentes ont menacé de bloquer l’App si les données personnelles ne sont pas transmises dans les plus brefs délais. Le co-fondateur a souhaité réagir face à cette décision sur Twitter :

« Telegram défendra la liberté et la confidentialité ».

Un premier affrontement en 2017 à cause de l’anonymat

Ce n’est pas la première fois que cette application est visée par une plainte. Un véritable bras de fer avait été orchestré en Octobre 2017. Cet affrontement s’était soldé par une forte amende de 800 000 roubles, ce qui représente près de 18 000 euros. À l’époque, elle avait refusé de collaborer avec les services de renseignements russes. Ils souhaitent lutter contre le chiffrement utilisé par ces messageries. Elles garantissent l’anonymat lors des échanges, les utilisateurs ont donc tendance à apprécier ce mode opératoire, mais ce n’est pas le cas du gouvernement. Ce dernier avait par exemple pointé du doigt les décisions de Telegram après une attaque terroriste du 3 Avril 2017. L’application avait apparemment été utilisée pour « dissimuler des plans criminels ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *