Accueil / Actualités / Sida : une protéine d’un corail capable de freiner le virus

Sida : une protéine d’un corail capable de freiner le virus

Le sida sera-t-il vaincu par un corail découvert dans le nord de l’Australie ? La découverte est tout de même stupéfiante et prometteuse.

[media-credit name= »Toby Hudson » align= »alignnone » width= »450"]Corail[/[/media-credit] National Cancer Institute est au cœur d’une découverte assez incroyable. En effet, des chercheurs ont découvert dans des coraux du nord de l’Australie une macromolécule assez spécifique. Cette dernière est capable de freiner la progression du sida. Comme le révèle le site Pourquoi Docteur, l’ensemble des travaux ont été dévoilés le 29 avril dernier au congrès Experimental Biology et cette découverte est le fruit du hasard. En examinant des coraux, ils ont été intrigués par une macromolécule. Selon le chercheur Barry O’Keefe, cette situation est excitante, car cette protéine n’avait jamais été observée auparavant.

Le virus du sida bloqué par une protéine d’un corail

Il précise également qu’elle est capable de « bloquer une infection par le VIH » et même des concentrations très élevées du virus. Ainsi, selon les chercheurs, cette protéine aurait les capacités nécessaires pour empêcher le virus du sida de pénétrer à l’intérieur des lymphocytes T qui sont des cellules immunitaires. Ces dernières sont au cœur de l’infection puisque le VIH les détruit, ce qui cause ainsi un affaiblissement extrême qui conduit à la mort. Selon le chercheur Koreen Ramessar, le fonctionnement de cette protéine est inédit, car elle empêche la fusion avec les lymphocytes T en se fixant directement sur le virus. Ce mécanisme est donc « totalement différent de ce qu’on a observé avec les autres protéines ».

Déjà des idées de protection

Cette découverte est donc à la fois excitante et réjouissante, mais le sida n’est pas vaincu pour autant. En effet, les chercheurs doivent procéder à de nombreux tests notamment pour identifier les effets secondaires que cette protéine pourrait causer chez l’humain. A long terme, cette macromolécule pourrait être utilisée selon le site pour une protection destinée aux femmes. Ces dernières auraient l’opportunité grâce à un gel de se protéger du virus du sida sans attendre que l’homme utilise ou non un préservatif.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Culturisme

Une prise de protéine a entraîné le décès d’une mère de famille adepte du culturisme

Une jeune maman âgée de 26 ans a succombé à une trop forte consommation de …

Réagissez !