Accueil / Actualités / Vendée : une intoxication au monoxyde de carbone nécessite l’hospitalisation de 85 écoliers

Vendée : une intoxication au monoxyde de carbone nécessite l’hospitalisation de 85 écoliers

En milieu de journée, ce lundi 22 février 2016, de nombreux enfants de l’école vendéenne Saint-Charles-de-Nesmy ont présenté des signes d’intoxication au monoxyde de carbone, dont nous vous dévoilerons les méfaits plus loin dans le corps de l’article. La situation qui aurait pu être beaucoup plus grave (nul décès n’est à déplorer) a été traitée avec promptitude et efficacité salvatrices par les secours rapidement déployés sur place selon un communiqué  se voulant rassurant de la préfecture de ce département qu’est la ville de La Roche-sur-Yon.

Une chaudière mise en cause dans une intoxication impressionnante par le nombre d’enfants et adultes heureusement indemnes mais sous surveillance médicale

Selon les premiers éléments dont nous disposons, il est confirmé qu’une émanation du gaz toxique depuis une chaudière de l’établissement scolaire est, presque de façon indubitable, responsable de cette intoxication massive. Faut-il y voir le signe d’une défaillance technique ou d’une négligence humaine (l’entretien était-il dans les normes et dans les temps requis pour un fonctionnement approprié et sans dangers ?).  Il convient de noter que 85 enfants et 5 adultes (ce qui n’est pas un nombre négligeable) ont été dispatchés entre 5 hôpitaux dont voici la liste : La Roche sur Yon, Fontenay le comte, Luçon, des Sables d’Olonne et de Cholet (Maine-et-Loire). La Préfecture, dans son communiqué, parle d’hospitalisations préventives.

Ce n’est pas un cas isolé : le monoxyde de carbone est un des ennemis publics en période hivernale que l’InVS a notamment a dans sa ligne de mire préventive

Le site Monoxyde-de-Carbone.info est très utile pour se prémunir contre les risques de monoxyde de carbone et connaître les bons gestes à adopter en cas de rejet de CO. Le monoxyde de carbone est un gaz dont il convient de se méfier en période de chauffe (Voir le Bulletin de surveillance des intoxications par le monoxyde de carbone de l’Institut de veille sanitaire). Il convient de se prémunir au maximum contre le risque de rejet de monoxyde de carbone puisqu’il s’agit d’un gaz inodore, incolore et invisible. Le monoxyde de carbone génère des céphalées et un évanouissement qui sans l’intervention rapide d’un tiers peuvent s’avérer fatals : les intoxications se chiffrent en milliers et les décès par centaines chaque année en France !

Enfant pleurant, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Courir

Var : un joggeur de 76 ans meurt d’une crise cardiaque en plein effort

Un homme de 76 ans, apparemment en bonne santé, a été hélas terrassé par une …

Réagissez !