LOADING

Type to search

Tags: ,

Villeurbanne : un dealer offre un flyer avec du cannabis comme publicité

2 années ago
Share

Quand les dealers se mettent à jouer à « la marchande » d’une drôle de façon. Les faits se sont déroulés dans le département du Rhône et tout particulièrement à Villeurbanne, une ville en périphérie de Lyon. Un dealer a eu une idée, distribuer des prospectus d’un genre bien particulier, le but se faire connaitre et donner envie aux futurs acheteurs de le contacter pour faire de bonnes affaires.

Cannabis

Cannabis / Crédit Photo : Pixabay – gomopix

Un cas similaire avait vu le jour dans la ville de Marseille où des cartes de fidélité étaient distribuées aux consommateurs, c’est au tour de Villeurbanne de se faire remarquer un peu malgré elle pour cette fois, un homme âgé d’une trentaine d’années donnait aux passants des flyers qui comportaient son prénom, un numéro de téléphone. Accroché avec un petit bout de scotch, il y avait un petit échantillon de cannabis ainsi qu’une phrase « livraison à domicile à partir de 100 euros » selon Le Progrès.

Le dealer tentait de se faire sa publicité à Villeurbanne avec des flyers

Son petit manège aurait pu peut-être durer plus longtemps si un passant interloqué par cette distribution n’avait pas alerté les services de police. Le marketing, aujourd’hui est présent partout, la distribution de ces petits flyers envahissent nos rues, les plages, ils nous invitent à des fêtes, des rencontres ou tout autre évènement. Les passants qui reçoivent ces prospectus savent immédiatement à quoi ils ont à faire, c’est rapide, parfois ludiques et précis. Le dealer a employé cette technique commerciale en espérant faire mouche rapidement et surtout gagner de l’argent.

Les forces de l’ordre interpellent le leader à Villeurbanne

Les policiers antidrogues qui ont arrêté le dealer ont perquisitionné son domicile, ils ont trouvé plusieurs flyers prêts à être distribués, ainsi qu’une trentaine de barrettes de cannabis. L’homme a été placé en garde à vue et lors de son interrogatoire, l’histoire qu’il a pu raconter était quelque peu loufoque, il se décrit comme un simple consommateur de cannabis et il recherchait avec ces distributions des amis pour passer de bons moments tout en fumant un joint. Une drôle de manière de se faire des amis. Le dealer passera devant le tribunal correctionnel d’ici quelques mois. La vente de drogues et de stupéfiants est interdite par la loi ainsi que la consommation.

6 Comments

  1. Jacques-Pierre Bernard 28 août 2015

    Je pense que l’idée de ne pas trop punir les consommateurs est bonne.
    Mais je pense aussi que le cannabis est une drogue dure ! La pub nouvelle qui lui est faite pour des qualités médicinales est exagérée et très probablement fausse : d’autres études scientifiques affirment que « … le cannabis modifie la structure des cellules du sperme en les déformant. Donc même de petites quantités de cannabis peuvent causer une stérilité temporaire chez des hommes. La consommation de cannabis peut bouleverser le cycle menstruel des femmes… »
    Bref, comme l’opium (et l’alcool ou les psychotropes médicaux) il va sembler produire des miracles au début ; mais en fait les drogues endommagent rapidement et bien davantage le corps qu’elles ne l’aident. Il faut en consommer très, très peu…

    Répondre
  2. Jacques-Pierre Bernard 28 août 2015

    La saisie des stocks de drogue, et leur destruction sont encore nécessaires.
    Les punitions actuelles ne le sont que très peu ( emprisonnements sans aide de prise de conscience).
    Il faut aller encore plus loin, plus en amont sur la chaine intellectuelle !
    Pourquoi une personne se tourne-t-elle vers les drogues à un moment de sa vie ?
    Constatons que les enfants ne pensent pas à en prendre…
    Mais à un moment certaines personnes goutent à une drogue (elles peuvent alors s’en détourner ou s’y adonner). Il s’est donc intellectuellement passé quelque chose : à un moment précis, la vie ne leur a plus du tout semblé vivable, et il leur était impossible d’envisager de continuer à vivre pareillement.
    Selon l’ humaniste américain Ron Hubbard, une explication possible est la mauvaise compréhension des mots étudiés ou entendus. Alors la personne se couperait d’une grande partie de la société : celle qu’elle ne comprend pas. Elle se crée son monde, et recherche logiquement dès lors la compagnie de personnes qui ont la même vision qu’elle sur la société.
    (Le « décrochage scolaire », dont il est question actuellement, aurait donc lieu juste avant le fait de s’adonner à une drogue, et non après. Par contre, une fois la décision prise et l‘action faite de consommer de la drogue, le décrochage scolaire s’amplifie car la décision de l‘individu est prise : il ne peut pas réussir – c’est du moins la conclusion à la quelle il est parvenu – dans cette société en continuant à se comporter comme il l‘avait fait jusque là).
    Et plus la personne pense qu’elle ne peut plus aider ou ne peut plus être aidée (à l’école, par exemple), plus elle va rechercher ce manque d’aide ( humaine, ou en ressource morale ou analytique) dans le(s) médicament(s) ou la drogue. Et bien sûr à forte doses ces produits sont très nuisibles.

    Répondre
  3. Jacques-Pierre Bernard 28 août 2015

    Ce trafic n’est pas très bon pour la santé …
    ( Le côté médicinal de cette plante reste à être démontré, vérifié, établi par de nombreuses équipes de chercheurs).
    La saisie et la destruction du cannabis à but récréatif (et de sa résine) s’expliquent pour une simple raison : chez le consommateur, le cannabis produit rapidement une perte de la vivacité intellectuelle, un ralentissement des réflexes, et cela est dangereux pour lui et ses congénères ( au volant, dans la rue, au travail… ).
    Le reste de la société ne peut accepter ces mises en danger évitables ( après l’accident, c’est trop tard pour la victime et le fautif)

    Répondre
  4. Jacques-Pierre Bernard 28 août 2015

    · Je ne pense pas qu’il faille punir sévèrement les consommateurs de drogue ou les dealers ( leur retirer leur stock serait sans doute suffisant) , car c’est sévir sur des gens de notre communauté, sans trouver la raison qui les a incités à consommer de la drogue.
    Mais il faut informer la jeunesse, à l’aide de campagnes nationales intenses faites par des pompiers, des médecins et surtout d’anciens drogués qui ont réussi à s’en sortir : leur expérience douloureuse sous l’emprise des drogues mérite d’être connue, et les jeunes retiendront les effets des drogues

    Répondre
  5. Jacques-Pierre Bernard 28 août 2015

    Une prise… à détruire, et cela fera de la mort en moins dans des veines.
    Faut-il punir les dealers ? Faiblement, mais efficacement : simplement saisir et détruire leurs stocks. Et les consommateurs ? Ne leur laisser qu’un plant ( et encore, pas un gros !), et détruire tout plant supplémentaire et toute quantité ( aussi faible soit-elle) de résine trouvée.
    Pas de sanction supplémentaire.

    Répondre
  6. FabienKanaCleaner 28 août 2015

    Pour une fois qu’un dealer à le sens du commerce ! Il aurait pu faire carrière dans le marketing 😉

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *