Accueil / High-Tech / Orange aurait espionné pour le compte des services secrets français

Orange aurait espionné pour le compte des services secrets français

Orange se retrouve désormais dans une affaire d’espionnage liée aux services secrets français et la DGSE.

Orange

Depuis la révélation d’Edward Snowden, le monde de l’espionnage a subi de nombreux rebondissements. Les documents de cet homme ont permis la découverte d’un partenariat assez atypique entre la Direction Générale de la Sécurité Extérieure.Le Monde a donc relayé les propos découverts sur ce document interne des services secrets britanniques. Le journal précise que « France Telecom est un acteur important du système de surveillance en France ». Dans ce document proposé par Edward Snowden qui évoluait à la NSA, il est possible d’apprendre que « l’opérateur français constitue un atout majeur par rapport à ses homologues occidentaux ».

Un stockage massif de données

Ainsi, les Français et même les étrangers auraient été espionnés par le biais d’Orange selon ces nouvelles révélations. Une collecte massive de données aurait été réalisée et la DGSE a les capacités pour intercepter des informations sur les réseaux de communication. Toutefois, les données obtenues auraient été échangés dans diverses agences de surveillance puisque le journal révèle que cette pratique reposait sur « une mutualisation du renseignement technique et de sa base de données ».

Orange répond à cette affaire d’espionnage

Le Monde précise dans son article que le stockage était « non officiel. Mais le point névralgique, c’est l’accès au fournisseur d’accès, comme ça, vous croisez la circulation des données et l’identité de ceux qui l’échangent ». Cette affaire d’espionnage qui se hisse en tête des informations est parvenue à Orange. Le patron de l’opérateur, Stéphane Richard n’a pas réfuté l’existence d’une telle pratique, mais il a souhaité préciser que « des personnes habilitées secret-défense peuvent avoir à gérer, au sein de l’entreprise, la relation avec les services de l’État et notamment leur accès aux réseaux, mais elles n’ont pas à m’en référer. Tout ceci se fait sous la responsabilité des pouvoirs publics dans un cadre légal ».

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Téléphone

DAS : 5 conseils pour limiter les risques liés à l’utilisation du téléphone

L’indice DAS (Débit d’Absorption Spécifique) permet de mesurer la quantité d’ondes électromagnétiques émise par un …

Réagissez !