Accueil / Politique / L’Etat veut rassurer les consommateurs, une contrainte pour certains restaurateurs

L’Etat veut rassurer les consommateurs, une contrainte pour certains restaurateurs

Dès le 1er juillet prochain, tous les restaurants, mais également toute la chaîne alimentaire, les cantines, les industries, les abattoirs devront afficher leur état sanitaire après contrôle à l’aide d’un smiley. Les professionnels vont-ils trouver cette mesure très pertinente ? Lorsque l’on va dîner actuellement dans un restaurant, nous ne savons pas ce qui se passe dans la cuisine, l’état des locaux où les menus se préparent. Les restaurateurs, même de renom sont ils tous très vigilants vis-à-vis de l’hygiène ? Ce nouveau décret va sans doute rassurer les consommateurs, mais quelque peu embêter les professionnels de bouche.

Un restaurant

L’hygiène est à améliorer pour 8% des restaurants

Une expérimentation pilote a été mise en place depuis le 1er juillet 2015 à Paris, à Avignon, dans quelques jours, elle sera étendue à tout le territoire. Après plus de six mois d’expérimentation auprès des restaurateurs parisiens, seulement 34% ont obtenu la notation « bon », plus de la moitié ont reçu le niveau « acceptable », pour 8% l’hygiène est à améliorer. La capitale a encore de nombreux progrès à mettre en place, à ce jour, elle se révèle être une bien mauvaise élève en matière d’hygiène alimentaire au sein des restaurants.

Rassurer les consommateurs avec des contrôles d’hygiène

Malgré encore quelques dérives, des avancées ont tout de même vu le jour, après la Deuxième Guerre mondiale, on déplorait plus de 15.000 intoxications alimentaires mortelles dans notre pays chaque année, en 2016, nous en sommes à 150, mais bien évidemment, c’est encore bien trop. C’est pour cela qu’il faut renforcer les contrôles afin que les consommateurs aient une confiance totale dans la restauration. À Paris, les contrôles seront effectués tous les trois ans, en province, tous les dix ans. Est-ce suffisant ?

Les restaurants apprécieront-ils ce décret ?

L’administration veut avec ce décret appliquer une transparence totale afin que les consommateurs puissent être rassurés sur le contenu de leur assiette, les résultats des contrôles seront en ligne, chacun pourra à son grès les consulter, trois niveaux sont prévus : bon, acceptable, à améliorer. Les consommateurs que nous sommes approuvons cette mesure, car c’est plutôt une bonne nouvelle pour notre santé, l’hygiène est essentielle. La répression des fraudes est actuellement trop peu présente, certains établissements sont de vrais nids à bactéries. Il faudra attendre que le décret se mette en place pour savoir si les restaurateurs vont appliquer plus d’hygiène au sein de leur maison. Quant aux premiers tests effectués tout au long de l’année 2015 à Paris, à Avignon, les ministères en charge de l’agriculture, de la consommation a estimé que c’était un bon point positif, affaire à suivre.

Un restaurant, Pixabay – JamesDeMers

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !