Roms : l’expulsion serait inutile et surtout coûteuse

Les Roms sont souvent pointés du doigt par les populations qui n’acceptent pas les éventuels désagréments que cette communauté peut apporter.

Roms
[/media-credit] Roms
Aujourd’hui, les Roms sont largement présents dans plusieurs régions. Les gouvernements ont tenté de mettre en place des projets pour les expulser, mais les camps se multiplient au fil des mois. Certains habitants sont donc excédés par ces bidonvilles improvisés un peu partout à proximité des grandes villes. Toutefois, l’expulsion et la destruction systématique des camps ne seraient pas une idée très intéressante selon le HCLPD (Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées). Il estime que cette pratique est à la fois inefficace, illégale et surtout coûteuse. Par conséquent, il demande au gouvernement français de cesser ces évacuations.

L’évacuation des Roms serait inutile

Il faut noter que la situation est assez complexe et le dossier concernant les Roms est source de débats houleux. En effet, certains maires ne souhaitent pas scolariser les enfants de cette communauté, d’autres refusent de leur donner accès à l’électricité, à l’eau et des communes ne veulent pas ramasser les déchets. Cette atmosphère a tendance à devenir de plus en plus tendue au fil des mois et les politiques décident d’expulser les camps en pensant régler le problème. Toutefois, de nombreux habitants ont constaté qu’une telle évacuation était à l’origine d’une simple délocalisation, car les Roms ont tendance à se réinstaller un peu plus loin.

resultat_officiels_du_bac

L’expulsion des Roms engendre des coûts importants

Le HCLPD constate également que les solutions d’accompagnement promises en août 2012 sont « très insuffisamment appliquées ». Selon une précision de France 3 qui rapporte les propos du Haut Comité, les services de l’État ont tendance à être « défaillants » en ce qui concerne cet accompagnement avant les expulsions. Ces dernières sont également de plus en plus nombreuses puisque depuis 2012, le nombre est passé de 10 469 à 21 537. Enfin, il révèle que ces méthodes sont coûteuses puisqu’il faut prendre en compte la mobilisation des policiers, la remise en état des locaux ou des terrains ainsi que la démolition des camps. Le Haut Comité estime que l’argent pourrait être dépensé « de manière plus judicieuse ».

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !