LOADING

Type to search

Suresnes : un conseiller municipal PS condamné à de la prison

4 années ago
Share

À Suresnes, Xavier Iacovelli, le conseiller municipal PS a été accusé d’escroquerie. Il a été condamné à une peine de prison et une amende.

Xavier IacovelliCapture YouTube de protagonisteprod

Xavier Iacovelli était candidat aux élections municipales qui se sont déroulées en France il y a quelques semaines. Cet élu du PS était poursuivi par la mairie de Suresnes comme le précise le Parisien. Le journal révèle que ce conseiller municipal a été reconnu coupable d’escroquerie et surtout condamné dans cette affaire déclenchée par la mairie de la ville. Il faut noter qu’il a donc écopé de la part du tribunal de Nanterre qui jugeait ce dossier d’une amende de 1500 euros et d’une peine de prison de trois mois avec sursis. La somme devra être versée à la municipalité de Suresnes.

Le conseiller PS condamné à deux amendes

Cette affaire comportait comme le souligne le journal un deuxième volet puisqu’une deuxième condamnation a été observée. Xavier Iacovelli avait une collaboratrice, à savoir Christine PRadeilles. Cette dernière était candidate aux municipales de 2008, elle apparaissait à cette époque sur les listes, mais il faut noter qu’elle n’avait pas eu l’opportunité d’être élue. Dans tous les cas, elle doit payer avec le conseiller municipal une amende de 3120.46 euros. Dans ce volet, Xavier Iacovelli est accusé d’avoir fait bénéficier d’une formation en communication à la seconde prévenue. Cette dernière aurait ainsi obtenu un financement de la ville dans le cadre du droit à la formation des élus alors qu’elle n’avait pas atteint investi la mairie en 2008.

Elle avait pris la place d’un élu absent

Le Parisien donne davantage de précision concernant le second dossier. En effet, la prévenue avait pris la place d’un élu absent dans cette formation, elle apparaissait ainsi lors des rendez-vous comme l’accompagnatrice du conseiller municipal et elle n’a pas hésité à signer la fiche à sa place. Cette affaire a pu être connue grâce à la mairie de la ville. Cette dernière a eu connaissance de cette escroquerie et une plainte avait été déposée il y a 4 ans, à savoir en février 2010. Le motif déposé concernant le faux en écriture ainsi que la mention escroquerie.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *