Accueil / Actualités / Aude : un octogénaire tue sa femme atteinte d’un cancer

Aude : un octogénaire tue sa femme atteinte d’un cancer

Dans l’Aude, un octogénaire a tué son épouse, un nouveau drame aurait peut-être pu être évité si l’euthanasie était légale en France.

Gendarmerie
Gendarmerie

Un homme de 88 ans a abrégé les souffrances de sa femme qui était en phase terminale d’un cancer, il l’a tuée dans son sommeil dimanche matin dans leur maison à Courson (Aude), il s’est ensuite suicidé à l’aide d’un fusil, sa femme selon les gendarmes avait quitté l’hôpital une semaine plus tôt, elle était depuis médicalisée à son domicile. Avant de se suicider, il a envoyé un texto au médecin traitant en lui annonçant que son épouse était décédée, habillé en dimanche avec un joli costume et une cravate, il s’est rendu dans son salon et il a retourné l’arme contre lui. Un drame de la souffrance et de la maladie, le médecin n’ayant lu le texto que quarante minutes plus tard est venu rapidement au domicile de ses patients qu’il soignait depuis 25 ans, mais c’était trop tard.

Dans l’Aude, il tue sa femme atteinte d’un cancer

L’homme avant de se tuer avait mis tous ses papiers en ordre, rangé sa jolie petite maison et il a laissé un message ne laissant aucun doute possible sur son geste désespéré. Ce drame n’est pas un cas isolé, en novembre 2014, un homme ayant apporté une arme à l’hôpital où était soigné sa femme a tué son épouse gravement malade puis il a mis fin à ses jours. Le personnel médical ayant entendu une détonation se rendant dans la chambre ont découvert les deux corps inanimés (hôpital Ambroise Paré).

Cet octogénaire dans l’Aude n’est malheureusement pas le seul

En novembre 2013, un couple d’octogénaires s’est donné la mort dans un luxueux hôtel de Paris (Luttai), tous deux âgés de 86 ans ont laissé une lettre dénonçant le droit de mourir dans la dignité. Tous ces drames remettent en question le débat de l’euthanasie, pourrait-elle si elle était légale résoudre tous ces déchirements et toutes ces souffrances ? Seul le gouvernement devra trancher.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Alcool

Le binge-drinking bouleverse le cerveau, même au repos, des jeunes s’y adonnant

Une hyper-alcoolisation, qualifiée de binge-drinking (dans notre langue de Molière, nous disons aussi « biture express » …

Réagissez !