LOADING

Type to search

Yvelines : suicide à 11 ans, un enfant décide de se pendre

3 années ago
Share

Dans les Yvelines, un enfant de 11 ans a été retrouvé sans vie alors qu’il s’était pendu. Il a laissé une phrase avant de se suicider.

Police

Police

Un drame familial s’est produit dans les Yvelines, un garçon de 11 ans a été retrouvé pendu à l’escalier qui menait à sa chambre raconte le Parisien. Il s’agit d’une famille de trois enfants tout à fait ordinaire, en fin d’après-midi, la mère et son fils aîné rentrent au domicile situé à Louveciennes dans le département des Yvelines. Ils cherchent le cadet de la fratrie qui ne s’était pas rendu à son cours de musique, le frère aîné découvre son petit frère pendu, l’adolescent appelle immédiatement sa mère qui essaye de réanimer son fils en vain, elle prévient les secours, mais malheureusement il était trop tard, l’enfant est déclaré mort à 20 heures 15. Le garçon s’était attaché avec un lien sur la rambarde qui conduisait à sa chambre et « s’est laissé tomber dans le vide », ce sont les informations d’une source de l’enquête communiquées au quotidien le Parisien. Dans la maison familiale aucune lettre, aucune explication pouvant donner un sens à ce geste.

C’est la stupeur dans les Yvelines après le suicide d’un enfant

Des enquêteurs ont trouvé son cahier de texte, l’enfant avait noté ces simples mots « ma vie pourrite », il semblerait selon une source du quotidien que l’enfant serait rentré en conflit avec d’autres camarades de son collège, mais rien de grave, des disputes d’enfants qui ne porteraient nullement à croire à un mal être. Dans des affaires de ce type, l’enfant qui met fin à ses jours a souvent subi des sévices ou du harcèlement de la part d’autres adolescents via les réseaux sociaux, mais cette fois aucune conversation ni brimade n’ont pu être constatée nulle part.

40 % des enfants dans ce genre de drame sont malheureux

Les parents de l’enfant sont des gens décrits comme tout à fait ordinaires. Ils ont été entendus par la police ainsi que le professeur principal du collège que fréquentait l’adolescent pour essayer de trouver une réponse à ce geste, un proche de l’enquête a simplement déclaré « c’est un drame imprévisible ». Selon un psychiatre, ces enfants qui passent à l’acte sont malheureux (40 %).

1 Comments

  1. Hugo Allard 7 avril 2015

    Je le connais il était en primaire 2 classes en dessous

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *