Accueil / Politique / Grippe aviaire : gel des élevages de canards et d’oies sur la volonté de l’Etat

Grippe aviaire : gel des élevages de canards et d’oies sur la volonté de l’Etat

La grippe aviaire a eu un impact tellement important dans le Sud-Ouest que l’État est contraint de réagir. Pour les élevages des canards et des oies, il a été demandé de les geler. L’objectif à atteindre est très simple : mettre un terme à cette maladie.

Depuis la fin de l’année 2015, huit départements français sont lourdement impactés par la grippe aviaire. Il est important de rappeler que cette maladie ne se transmet pas à l’Homme et il n’y a pas de risques en cas d’ingestion. La filière va être désormais touchée d’une autre manière et cela impactera le quotidien des producteurs qui verront sans doute des difficultés financières supplémentaires apparaître.

Un vide sanitaire nécessaire pour les canards et les oies du Sud-Ouest

En effet, l’État a demandé le gel des élevages de canards et d’oies en raison de la prolifération importante et rapide de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest. Le concept est assez simple, car il consiste à mettre en place un vide sanitaire. Les canards ne retourneront donc pas dans les élevages et cela sera mis en place dès le 18 avril. La région française sera dépourvue de ces animaux le temps que la grippe aviaire disparaisse totalement. Ces mesures à la fois difficiles et strictes semblent être nécessaires, car il est extrêmement complexe de se débarrasser de ce virus qui contamine les élevages.

La grippe aviaire ne conduit pas à l’abattage des élevages

La durée de ce vide sanitaire n’a pas été décidée, mais il devrait sans doute être opérationnel pendant plusieurs mois. De ce fait, le Sud-Ouest sera entièrement vidé, mais certaines rumeurs annoncent des abattages. Il est important d’apporter quelques précisions pour cette affaire. En réalité, les canards et les oies vont suivre le chemin normal jusqu’à l’abattage comme les éleveurs l’avaient prévu dans leur cahier des charges. Par conséquent, ils ne seront pas tués par des mesures de précaution. Le vide sanitaire interviendra par la suite, car les élevages ne devront pas retrouver des canards et des oies tant que la maladie sera toujours a rendez-vous.

Canard, Pixabay – WimdeGraaf

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !