Accueil / Politique / LGV depuis Bordeaux : le gouvernement s’offre Toulouse et Dax

LGV depuis Bordeaux : le gouvernement s’offre Toulouse et Dax

La LGV (Ligne à Grande Vitesse) se décline à Bordeaux avec deux nouvelles destinations. Celles-ci ont été mises en place par le gouvernement qui n’a donc pas réfuté les propositions. Les habitants devraient être comblés.

Une LGV
Une LGV / Crédit Photo : Wikimédia – Cevenol2

Il y a du mouvement dans le sud-ouest de la France, car deux LGV ont l’intention de voir le jour. Le gouvernement a souhaité transmettre son accord et l’équipe de François Hollande n’a donc pas suivi les directives de la commission d’enquête publique. En mars dernier, elle partageait un avis défavorable malgré les nombreux avantages. En effet, les lignes Bordeaux/Dax et Bordeaux/Toulouse sont susceptibles à l’avenir de rapporter de l’argent pour les métropoles. La population obtient aussi des avantages avec un réel gain de temps, mais des inconvénients sont aussi listés.

Le gouvernement ne suit pas l’avis défavorable pour Bordeaux/Dax/Toulouse

Concernant les LGV, l’enquête publique mettait le doigt sur un sujet sensible à savoir l’environnement. En effet, de telles constructions ont toujours des répercussions, car si elles sont intéressantes pour d’autres, elles restent négatives pour ceux qui logent à proximité ou ceux qui perdront des zones rurales. Ces dernières sont de plus en plus empiétées pour des agrandissements et ces méthodes tuent un peu plus chaque jour le monde des agriculteurs. C’est pour cette raison qu’un avis défavorable avait été lancé, mais Manuel Valls n’a pas souhaité le suivre.

Les LGV depuis Bordeaux auront un impact sur l’environnement

Les LGV ne seront pas en service immédiatement, car d’importants travaux sont à prendre en compte. La ligne Bordeaux/Toulouse sera la première à voir le jour, car les premiers usagers seront référencés en 2024. Il sera nécessaire d’attendre trois ans supplémentaires pour la ligne qui ira jusqu’à Dax. En parallèle, un large coût est envisagé, car les deux lignes à grande vitesse devraient générer un tarif de 8.3 milliards d’euros pour 327 kilomètres. Certains habitants sont donc écœurés, mais d’autres comme Alain Vidalies à l’origine de la défense du projet ont le sourire aux lèvres.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Carte vitale

Remboursements : les Français ne jouissent pas d’une situation appréciable

Les contrats responsables dévoilés au début de l’année 2016 devaient normalement assurer aux employés un …

Réagissez !