LOADING

Type to search

Régions : les présidents délégués au coeur d’une polémique

3 années ago
Share

Pour les régions, les présidents délégués ne font pas l’unanimité et la polémique continue de prendre de l’ampleur au fil des jours. Ces postes pourraient donc voir le jour en même temps que cette fameuse carte.

Les 13 capitales des régions

Les 13 capitales des régions

Le Parti socialiste qui est au pouvoir depuis plusieurs années aura été à l’origine d’une réforme très forte concernant la carte des régions. Cette dernière a chamboulé la disposition de la France et de nouvelles capitales ont ainsi vu le jour créant la grogne de nombreux habitants. En parallèle, le président du PS a eu l’idée de mettre en place un nouveau concept qui concerne les présidents délégués des régions.

Les présidents délégués pour les régions mis en place par Damien Alary

Dans les 13 nouvelles zones qui composent la France, il y aurait ainsi des présidents délégués et cela grâce à l’obtention d’un accord à destination de Damien Alary selon France 3. Toutefois, si les habitants sont surtout agacés de perdre leur patrimoine comme c’est le cas en Auvergne, car Clermont-Ferrand perd son statut de capitale de la région, les autres partis politiques n’ont pas conservé le silence. Du côté de la droite, le projet de loi des présidents délégués fait grincer les dents, car la mesure aurait un coût astronomique de 144 millions d’euros alors que l’objectif de la nouvelle carte des régions était de réaliser des économies.

Une mesure pour la nouvelle carte des régions qui ne plait pas

De ce fait, la fameuse loi Alary qui instaure les présidents délégués ne fait pas l’unanimité dans le monde politique. Certains tentent de mettre en avant les atouts des régions qui seront contraintes de rejoindre les autres. C’est par exemple le cas du côté de Rouen qui sera sous la direction de Caen, Laurent Fabius a donc milité pour qu’une répartition équitable soit mise en place. Dans tous les cas, si Damien Alary obtient gain de cause en décembre prochain pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il bénéficierait ainsi du nouveau poste.

5 Comments

  1. Éloize Durand 8 août 2015

    Clientélisme socialiste À vomir

    Répondre
    1. fred89 8 août 2015

      A vomir le mot est faible, pourquoi ne suis-je pas (plus) étonné?

  2. ludwig 8 août 2015

    une arnaque sans consultations du peuple souverain

    Répondre
  3. Max 8 août 2015

    en gros ça fait 10 millions € par poste ! Je postule !

    Répondre
  4. dodo 8 août 2015

    Quelle honte.

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *