LOADING

Type to search

Valérie Trierweiler dévoilerait le vrai visage de François Hollande

3 années ago
Share

« Merci pour ce moment », il s’agit du titre du livre de Valérie Trierweiler et le portrait effectué de François Hollande n’est pas en sa faveur.

Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler

Officiellement séparée du Président de la République depuis le 25 janvier, Valérie Trierweiler règle ses comptes avec François Hollande par voie d’écriture. Elle nous fait part de sa réalité qui n’est pas en faveur du Président, relatant des paroles peu à son avantage. Il aurait traité les pauvres de « sans dents » et se disant Homme de gauche en réalité, il n’aimerait pas ces personnes. En parallèle, l’ancienne Première Dame relate et décrit un homme « froid » et « calculateur ». Certains Français se demandent si ce déballage de la vie privée était bien utile, car ils sont nombreux à estimer qu’il y a des sujets plus graves à traiter.

Un charme conjugal raconté comme une thérapie

Elle précise qu’à l’annonce des titres dans les journaux matinaux, elle ne peut soutenir cette réalité, Valérie Trierweiler se précipite dans la salle de bain. Refusant l’infidélité de François Hollande, elle se saisit d’un sac de somnifères et veut dormir pour oublier cette mauvaise journée, mais le président lui arrache le sac. Les cachets volent en éclats et l’ex Première Dame perd connaissance. Emmenée à l’hôpital où elle restera plusieurs jours en observation, elle tentera de faire face malgré elle à cette révélation de tromperie.

Une parution bien mal choisie pour François Hollande

Dès mardi, l’Élysée a dit tout ignorer de la parution de ce livre. L’entourage de François Hollande a décliné la lecture de ce dernier. En parallèle, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Foll a assuré qu’il ne le lirait pas et qu’il laissait à chacun le choix de juger. Sur le point politique, cette parution n’est évidemment pas très bonne, elle vient encore écorner l’homme politique, François Hollande qui a bien du mal à remonter dans les sondages. Nous apprenons également dans ce livre que le Président surnommait Valérie Trierweiler de « cosette » et il avait révélé lors d’un repas chez la mère de cette dernière que « la famille Massoneau » « n’est quand même pas jojo ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *